Commençons cette nouvelle année radiophonique à Escource, oui, ce village du département des Landes. Une population d’un peu plus de 600 habitants pour cette commune très étendue, située au cœur de la forêt des Landes, à mi-chemin entre Bordeaux et Bayonne, et à moins de 20 km de l’océan. Donc, proximité des plages, toute en gardant ses distances.

Autour de son centre bourg, et sur une distance totale de 18 km, se répartissent de nombreux quartiers (hameaux), au sein desquels on retrouve les habitations pittoresques des Landes (maisons à colombages, murs en briquettes…) parfois cachées dans de grands airials de chênes. L'airial est un terrain couvert de pelouse et planté de quelques chênes, jadis situé devant la plupart des habitations des Landes situées hors des bourgs.

La richesse d’Escource réside donc principalement dans sa forêt et cette nature généreuse.

De village pastoral, il est devenu forestier au 19° siècle, après la plantation des pins.

De là, une des ressources majeures d’Escource fut l’exploitation de la résine de pins. Le pin maritime a toujours existé dans les Landes et le gemmage remonte à des temps très anciens, puisque déjà les Romains venaient chercher celle-ci pour le calfatage de leurs bateaux. Après le Second empire, qui a vu le développement considérable de la forêt landaise, les mœurs et coutumes des résiniers ont aussi évolué. Au lieu d’habiter dans des cabanes rudimentaires, ils sont venus vivre au village où dans les airials. Les cabanes ne serviront plus qu’à s’abriter et garer leurs outils. Ces cabanes de résiniers restent un précieux témoignage de la vie des ancêtres et doivent donc être protégées, c’est ce que la commune d’Escource s’est employée à faire. Ici, la disparition des cabanes n’est pas une fatalité… et si vous me permettez ce jeu de mots, ici, on n’est pas résigné…

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.