Lézat-sur-Lèze se situe dans le nord du département de l'Ariège

Chapelle Saint-Antoine à Lézat-sur-Lèze
Chapelle Saint-Antoine à Lézat-sur-Lèze © Lézat-sur-Lèze

►►► Retrouvez les dates des prochains enregistrements

►►► Envoyez vos questions pour le jeu

►►► Posez la candidature de votre commune

A  un peu plus de 40 km au sud de Toulouse, Lézat-sur-Lèze est enclavé par les hasards de l’histoire dans la Haute-Garonne, Lézat est la première porte d’entrée en Ariège, à l’extrême nord de ce département.

Elle bénéficie, en toile de fond, de la magnifique chaine des Pyrénées, cette barre de crête en toutes saisons admirable. Mais Lézat-sur-Lèze n’est pas du tout en altitude, à peine 250 mètres en moyenne. La Lèze étant un affluent de l’Ariège. 

Avec 2400 habitants, Lézat est le village le plus peuplé de la vallée.

Au 12ème siècle, de retour de croisade, Roger II, comte de Foix au 11° siècle, a rapporté les reliques de St Antoine d’Egypte, faisant du village un lieu où l’on soulage la maladie «du feu de St Antoine » : le zona. Une chapelle en brique dédiée à cette personnalité, Antoine le Grand, dit aussi Antoine l’Ermite, a été élevée à un kilomètre environ, à l’ouest du bourg. L’eau qui jaillit de la source, dans la crypte de la chapelle, possèderait la vertu de guérir ce mal et de nombreuses personnes s’y rendent régulièrement. Les fêtes de la Saint-Antoine mi-juin sont d’ailleurs spectaculaires.

En brique également, l’église Saint-Jean-Baptiste, dans le village, renferme, elle, une dent d’Apolline d’Alexandrie, Sainte Apolline, martyr du 3° siècle, qui est considérée comme la sainte patronne des dentistes. Des parents viennent avec leur nourrisson pour apaiser leurs douleurs, lorsque leurs dents commencent à percer. C’est une affaire de croyance, entre le zona et le mal de dent.

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
(ré)écouter Le jeu des 1000 € Voir plus
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.