Saint-Paul-le-Jeune (Ardèche)
Saint-Paul-le-Jeune (Ardèche) © radio-france

Saint-Paul-le-Jeune est une petite commune du sud de l’Ardèche dont le bourg s’étend tout le long de la voie qui était celle du transport du charbon, la voie empruntée par les mulets, et par le chemin de fer. La rivière le Lias y court. La route départementale également.

A l’est, le calcaire, la garrigue, les genévriers, les chèvres dont le lait fait le picodon.

A l’ouest, le grès domine, des hameaux s’y accrochent ; des collines se couvrent de bruyère. La pinède s’y est installée, ayant supplanté le châtaignier. Châtaignier qui a aussi produit des richesses, ainsi que l’élevage des vers à soie, grâce à la culture des muriers.

Revenons au charbon: la présence et l’exploitation de la houille dans la commune voisine de Banne firent la richesse des habitants, qui devinrent de plus en plus nombreux au XIX° siècle. D’ailleurs, la commune de Saint-Paul-le-Jeune est née d’un quartier, d’un secteur auparavant appelé le Travers de Banne. Le 21 mars 1832, une ordonnance du roi Louis-Philippe érige en commune la paroisse du Travers de Banne, sous le nom de Saint-Paul-le-Jeune.

Le jeune, oui, car cette commune est née bien après la révolution, ce qui est une exception et lui donne donc une jeunesse… toute relative, certes, près de 200 ans après sa naissance…

S’agissant du charbon, son exploitation locale a cessé dans les années 1950, mais s’est poursuivie jusque dans les années 80 dans le bassin minier d’Alès auquel il était attenant.

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.