En Haute-Garonne, et près du Gers, le Castéra est un village rural de 840 habitants, perché à 250 mètres et visible de loin, grâce à son clocher en brique dominant le bourg. L’économie locale, c’est l’agriculture. En effet, les ¾ de la superficie de la commune sont agricoles avec une quinzaine d’exploitations qui produisent avant tout du blé et du tournesol. Mais ils cultivent aussi l’ail violet. C'est un ail très précoce, au goût prononcé, dont la renommée dépasse la seule région toulousaine. Les habitants de la Communauté de Communes des Coteaux de Cadours, dont fait partie Le Castéra, sont fiers de cette richesse, cet ail violet de Cadours qui vient d’obtenir l’Appellation d’Origine Contrôlée. A Cadours, se déroule chaque année fin août la fête de l’ail violet. Mais le principal pourvoyeur d’emplois reste, toutefois, Airbus, compte tenu de la proximité de Toulouse-Blagnac, à une trentaine de kilomètres. Au Castera, il subsiste le clocher d’une ancienne commanderie de l’ordre du Temple, au hameau de Larmont. Inscrit au registre supplémentaire des monuments historiques, il date du XXI° siècle. Par ailleurs, dans un passé plus récent, le médecin explorateur Jean-Louis Etienne est venu en 2004 donner son nom à l’école publique du Castéra.

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.