Le Tour de France est à deux jours et moins de 400 km d'un final grandiose dimanche prochain : 19e et antépénultième étape aujourd'hui, en montagne... Le Français Julian Alaphilippe se rapproche des Champs-Élysées, et on espère que le maillot jaune l'y suivra. Le point sur la ligne de départ dans ce journal.

La tour Eiffel vue depuis le Champ de Mars, Paris, 4 mai 2019.
La tour Eiffel vue depuis le Champ de Mars, Paris, 4 mai 2019. © Radio France / Bastien Deceuninck

Grosse pagaille en gare du Nord ce matin : une panne électrique a interrompu le trafic vers le Nord de la France mais aussi de l'Europe. Un coup dur pour les voyageurs dans un contexte déjà difficile sur les rails, notamment à cause de la canicule.

Trois ans de retard supplémentaires pour l'EPR de Flamanville, projet décidément maudit qui n'arrivera, au mieux, qu'en 2022. EDF évoque des problèmes de soudure sur le futur site nucléaire.

On connait désormais le nom des trois garants chargés d'assurer la bonne tenue de la "convention citoyenne pour le climat" initiée en avril dernier par Emmanuel Macron. 150 citoyens seront tirés au sort, et l'Élysée le promet, ils auront une réelle influence sur la politique écologique française.

Un centre de rétention très critiqué : celui du Mesnil Amelot, en région parisienne. La Cimade dénonce des conditions indigne sur place, et ses salariés ont même quitté les lieux. Nous avons suivi des parlementaires en visite surprise sur le site.

Retour également sur l'ultimatum lancé par le président palestinien Mahmoud Abbas, qui annonce la fin des accords passés ces dernières décennies avec Israël... Coup de bluff ou réelle menace ? Le point avec notre correspondant à Jérusalem Étienne Monin.

La mort du poète chilien Pablo Neruda pose encore beaucoup de questions 46 ans après. A-t-il été empoisonné après le coup d'État militaire de 1973 ? Sa famille en est persuadée, et dénonce une obstruction de l'enquête.

Enfin, téléphoner ou conduire, il faut choisir, surtout sur les routes chargées des vacances... Selon une étude, 35 % des conducteurs reconnaissent qu'ils ont du mal à lâcher leur smartphone au volant.

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.