La gauche perd 155 villes de plus de 9 000 habitants, c'est du jamais vu. François Hollande doit-il remanier son gouvernement ? Comment gérer un pays rose à Paris et bleu, voire bleu marine en régions.

Un remaniement ?

françois hollande et jean-marc ayrault évoquent l'après-municipales
françois hollande et jean-marc ayrault évoquent l'après-municipales © reuters

Le Premier ministre Jean-Marc Ayrault a rencontré François Hollande pendant près de deux heures à l'Elysée pour évoquer les conséquences de la lourde défaite de la majorité aux élections municipales, a-t-on appris de source gouvernementale. La source n'a pas précisé si leur discussion avait porté sur un remaniement gouvernemental mais, selon le sénateur-maire socialiste de Dijon, François Rebsamen, le président de la République doit s'exprimer ce lundi à la télévision.

De retour à Matignon, le Premier ministre a reçu le premier secrétaire du Parti socialiste, Harlem Désir, qui n'a pas fait de déclaration à sa sortie. Le ministre de l'Intérieur, Manuel Valls, qui fait figure parmi d'autres de possible chef de gouvernement et était annoncé à 10h à l'Elysée par l'agenda officiel du chef de l'Etat, n'a pas été vu dans la cour d'honneur du palais présidentiel.

Les dernières informations de Cyril Graziani

Du jamais vu pour la gauche

la gauche recule aux municipales, essor de l'ump et du fn
la gauche recule aux municipales, essor de l'ump et du fn © reuters

Pas de sursaut à gauche au deuxième tour des municipales. Les électeurs ont transformé l'essai du premier tour. Ils ont clairement mis le cap à droite.

Même en 1983, la gauche n'avait pas subi une telle déroute. Hier soir devant sa télévsision, François Hollande a vu s'écrouler en quelques minutes ce qu'il avait patiemment construit pendant une décennie à la tète du PS. Oublié la domination des socialistes sur les grandes villes : Toulouse, Reims, Caen, Angers ou Saint-Etienne sont à ranger aux rayon des pertes sèches. Perdu, certains bastions ou l'on votait socialiste depuis un siècle, comme Limoges. Humiliés, certains proches du président, comme son conseiller Bernard Poignant qui doit abandonner sa mairie de Quimper, sans compter les quatre ministres candidats qui ont mordus la poussière.

Ajoutez quelques humiliations locales : à Montpellier ou la Rochelle où ce sont les dissident socialistes qui ont battu les candidats investis par le parti, ou à Grenoble où le PS est dévancé par les écologistes et la coupe est pleine. Ce ne sont pas les quelques sauvetages du jour (Paris et Strasbourg) où le gain inespéré d'Avignon qui pourront redonner des couleurs à un socialisme municipal qui a été amputé hier d'un tiers de ses villes.

►►► A LIRE |Copé : "Le premier parti de France, c'est l'UMP"

►►► A LIRE |L'UMP rafle la mairie de Toulouse au PS

►►► A LIRE |Limoges met fin à 102 ans de gauche

►►► A LIRE |L'UMP conquiert Saint-Etienne

Contrat rempli pour Marine Le Pen

le front national remporte onze villes aux municipales
le front national remporte onze villes aux municipales © reuters

Le FN dépasse le niveau qu'il avait atteint en 1995, avant la sission avec les mégétistes. A l'époque, il contrôlait trois villes. Désormais ce sont 12 villes qui sont tombées dans son escarcelle. De Fréjus à Hayange, en passant par Mantes- la-ville, première ville qu'il dirige en Ile-de-France ou encore Marseille ou le FN décroche la mairie du septième secteur.

Seule déception, les proches de Marine Le Pen : son compagnon Louis Aliot à Perpignan et son conseiller Florian Philippot à Forbach n'ont pas réussi à se faire élire.

►►► A LIRE |Louis Aliot (FN) battu à Perpignan

►►► A LIRE |Forbach échappe au Front national

►►► A LIRE |Le FN l'emporte à Fréjus

►►► A LIRE |Robert Ménard vainqueur à Béziers

Battu à Perpignan, Louis Aliot dresse le bilan de ces élections pour le FN.

Nous sommes dans le pragmatisme local.

Un mot enfin du parti communistes : il a réussi à sauver sa plus grande ville, Saint-Denis et même à en conquérir une autre, Montreuil. La ceinture rouge, elle continue de s'effilocher au fil des élections avec la perte hier de plusieurs bastions comme Saint-Ouen, Villejuif ou Bobigny, qui n'avait pas connu de maire autre que communiste depuis la première guerre mondiale.

Paris reste à gauche

►►► A LIRE | NKM manque Paris, Hidalgo la conserve

Un lot de consolation pour le PS et pas n'importe lequel. Paris est l'exception qui confirme la règle. Paris reste à gauche et sera désormais dirigée par une femme, une femme d'origine espagnole, fille d'immigrés. Anne Hidalgo est l'invité du journal de 13h.

Les Parisiens ont été sensibles à une forme d'efficacité que notre équipe a eu depuis plus de 13 ans.

►►► A CONSULTER | Les résultats dans votre ville

Les résultats du municipales
Les résultats du municipales © Radio France
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.