Des dizaines de milliers de femmes ont répondu à l'appel lancé par les associations pour une convergence des "dynamiques féministes", contre le harcèlement, les agressions, les inégalités, les discriminations mais aussi la réforme des retraites.

De Rennes à Toulouse en passant par Montpellier et Paris, des dizaines de milliers de femmes ont manifesté dimanche, à l'occasion de la Journée internationale des droits des femmes. Celle-ci avait une résonance particulière cette année après la polémique aux César ou encore l'utilisation du 49.3 pour adopter la réforme des retraites. "C'était important de dénoncer les abus de pouvoir qui sont majoritairement faits par des hommes", lance une manifestante dans le cortège parisien.

Dans la capitale, des scenettes symboliques sont organisées comme ce jeté de gants de vaisselle à 15h40, pour dénoncer les inégalités salariales et dans le partage des tâches : "A partir de 15h40, on n'est plus payé, explique cette autre militante. Mais, comme on a une double journée de travail avec les tâches ménagères, on arrête tout !" En fin de cortège, Place de la République, les manifestantes ont brandi des pancartes avec les prénoms des femmes mortes sous les coups de leurs maris.

Les autres titres du journal

CORONAVIRUS. Le dernier bilan de l'épidémie de coronavirus en France : 1 126 cas de contamination et 19 décès, selon Santé Publique France. Dans le Haut-Rhin, 127 000 enfants et adolescents n'iront pas à l'école lundi et pour quinze jours, mais les établissements scolaire n'ont pas tous reçu de consignes claires quant à l'organisation. L'Italie a pris une mesure sans précédent en Europe en plaçant une partie du nord du pays en quarantaine. Les restaurateurs tirent la langue. Exemple à Venise.

RUGBY. Pas de Grand Chelem pour le XV de France. Les Bleus se sont inclinés 28-17 en Ecosse dans leur avant-dernier match du Tournoi des Six nations.

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.