A la Une, manifestation à Marseille contre le logement insalubre et un balcon qui tombe dans la foule. Angela Merkel et Emmanuel Macron sur les lieux de l'Armistice de la Première Guerre Mondiale. Le président turc qui assure avoir transmis aux renseignements occidentaux des documents audio sur la mort de Khashoggi.

Un morceau de balcon qui tombe depuis un immeuble dans la foule en pleine manifestation contre les logements insalubres. A Marseille, une mère et son enfant qui se trouvaient sur le balcon ont été blessées, ainsi qu'une jeune femme dans le cortège. Des milliers de personnes, habitants de tous les quartiers, élus, associatifs ont notamment longé la rue d'Aubagne où trois immeubles se sont effondrés faisant huit morts. De nombreux manifestants accusent la mairie de n'avoir rien fait et se sont arrêtés sous les fenêtres du maire Jean-Claude Gaudin. 

Passage en revue des troupes de la brigade franco-allemande, dévoilement d'une plaque commémorative et dépôt de fleurs. Emmanuel Macron et Angela Merkel à Rethondes dans l'Oise, dans la clairière de l'Armistice de la Première Guerre Mondiale. Le président de la République et la Chancelière allemande, visages fermés, côte à côte. Des images pour l'Histoire, car c'est le premier déplacement franco-allemand sur ce site depuis 1945. Et le texte de la nouvelle plaque commémorative est très symbolique. Jusqu'ici, on pouvait lire : "Ici, le 11 novembre 1918, succomba le criminel orgueil de l'empire allemand, vaincu par les peuples libres qu'il prétendait asservir". Désormais, le texte met en avant la "réconciliation franco-allemande au service de l'Europe et de la paix". Plusieurs dizaines de chefs d'Etat et de gouvernement assisteront demain matin à la cérémonie sous l'Arc de Triomphe pour les 100 ans de la fin de la Grande Guerre, que vous pourrez vivre sur France Inter, émission spéciale de 10h à 13h, autour d'Amélie Perrier et Ali Baddou.

Dans le cadre de l'enquête sur la mort du journaliste saoudien Jamal Khashoggi, assassiné le 2 octobre au consulat de son pays à Istanbul, le président turc Recep Tayyip Erdohan - en partance pour la France où il doit assister aux commémorations de la fin de la Première Guerre Mondiale - a assuré avoir partagé des enregistrements audio avec Washington, Paris, Berlin, Londres et Ryad. Il affirme également que l'Arabie Saoudite savait que l'assassin de Khashoggi figurait parmi les 15 Saoudiens arrivés en Turquie quelques heures avant le meurtre.

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.