Les gilets jaunes avaient fait de Toulouse le point de ralliement principal de l'acte XXII des gilets jaunes samedi 13 avril. Des heurts ont très rapidement éclaté.

Ce nouveau samedi de mobilisation des gilets jaunes a rassemblé 7 500 personnes (chiffres du ministère de l'Intérieur à 17h) dans plusieurs villes de France, dont 3 500 environ à Toulouse (Haute-Garonne), "capitale" de l'acte XXII du mouvement. Après un appel lancé sur Facebook, 4 000 personnes avaient annoncé leur présence, dont plusieurs figures du mouvement comme Maxime Nicolle et Priscilla Ludosky. La Place de Capitole - où se trouve la mairie - étant interdite d'accès, les manifestants se sont réunis autour de la gare Matabiau. Des heurts ont éclaté au bout d'une demi-heure avec l'arrivée de militants extrémistes "black blocks". Les quelque 800 policiers et gendarmes, secondés par un hélicoptère, ont tenté tout l'après-midi de disperser les groupes, en tirant des grenades lacrymogènes.  Un manifestant a été blessé et des véhicules incendiés. On compte également un blessé à Roanne (Loire) et un autre à Nantes (Loire-Atlantique).  

Il y a eu des tensions ou heurts à Nancy (Meurthe-et-Moselle) et Lyon, et des rassemblements dans le calme à Tours, Laval ou encore Limoges. A Paris, 1 300 personnes ont participé à la mobilisation. On compte 15 interpellations dans la capitale. 

La fin de l'attente pour les migrants du navire humanitaire de l'ONG allemande Sea-Eye en Mer Méditerranée. Ils devraient toucher terre, à Malte, dans la soirée avant d'être répartis dans quatre pays européens dont la France. 

Fragilisé, brouillé avec les supporters et en mauvaise passe en Ligue 1, Bruno Génésio quitte l'Olympique lyonnais à la fin de la saison. "Au nom de l'intérêt du club", a déclaré le technicien, arrivé en 2015, lors d'une conférence de presse.

Programmation musicale
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.