Dans la capitale, la Fête nationale a été terni par un face-à-face tendu entre forces de l'ordre et manifestants après le défilé militaire sur les Champs-Élysées.

Les touristes et les badauds venus assister au traditionnel défilé du 14-Juillet sur les Champs-Elysées à Paris ont dû être un peu perdus tout à l'heure, juste après la cérémonie, lorsque des heurts ont éclaté entre des dizaines de manifestants cagoulés (certains se revendiquant des « gilets jaunes » sans en porter la chasuble-symbole) et les forces de l’ordre. Les barrières métalliques servant habituellement à contenir les spectateurs ont servi de barricades. On a vu aussi des feux de poubelles et les CRS ont chargé plusieurs fois, notamment en haut de l’avenue, près de la Place de l’Etoile. 

Un peu plus tôt, pendant le défilé, alors qu'il passait les troupes en revue, Emmanuel Macron a été sifflé par des « gilets jaunes ». La préfecture de police annonce 175 arrestations ce soir, la plupart ayant eu lieu avant le défilé. Parmi les personnes arrêtées : trois figures du mouvement, brièvement placées en garde-à-vue, dont Maxime Nicolle. Motif : «organisation de manifestation non déclarée », ce que dénonce son avocat, Me Juan Branco.

Les autres titres du journal

Le défilé militaire a duré un peu plus de deux heures ce matin. Cette année, il fallait lever les yeux. Le public a pu voir un « homme volant » : l’ancien champion de jet-ski Franky Zapata, perché sur son « Flyboard », une plateforme de son invention que convoite l’armée.

La 9e étape du Tour de France, entre Saint-Etienne et Brioude, a été remportée par un Sud-Africain. Le Français Julian Alaphilippe conserve le maillot jaune.

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.