Les cortèges des grandes centrales ont été rejoints par les Gilets Jaunes, et parfois noyautés par les Black Blocs.

Les forces de l'ordre font usage de gaz lacrymogènes contre des éléments violents à Paris, au milieu des véhicules de la CGT, 1er mai 2019.
Les forces de l'ordre font usage de gaz lacrymogènes contre des éléments violents à Paris, au milieu des véhicules de la CGT, 1er mai 2019. © AFP / Zakaria ABDELKAFI

Le secrétaire général de la CGT Philippe Martinez quittant le cortège du 1er-Mai pour se mettre à l'abri des gaz lacrymogènes : les syndicats ont souvent été relégués au second plan à Paris, et perturbés par les affrontements.
Dans le sud de Paris, les Black Blocs ont semé le chaos, les forces de l'ordre ont riposté, des syndicats ont crié à la répression excessive..

En revanche ailleurs en France, à Bordeaux, au Havre ou à Lyon, Gilets Jaunes et syndicalistes ont marché main dans la main, dans le calme.

Elle est athlète, femme, mais avec beaucoup de testostérone dans le corps. Caster Semenya va devoir prendre un traitement hormonal si elle veut continuer à gagner des titres sur 800 mètres. En Afrique du Sud, ses admirateurs sont indignés.

Léonard de Vinci est mort il y a 500 ans au Clos Lucé, le château dans le centre d'Amboise où l'on se prépare à accueillir pour l'anniversaire les présidents Macron et Mattarella. En attendant, le Clos Lucé fait le plein.

Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.