Le président Emmanuel Macron crée un comité d'historiens et leur ouvre les archives.

Un soldat français assiste à l'exode des Rwandais fuyant les combats, près du village de Kivumu, le 12 juillet 1994.
Un soldat français assiste à l'exode des Rwandais fuyant les combats, près du village de Kivumu, le 12 juillet 1994. © AFP / PASCAL GUYOT

Les deux grands spécialistes français du génocide des Tutsis en 1994  ne figurent pas dans le comité de chercheurs. Par ailleurs des associations réclament l'ouverture totale, et à tous, des archives de la période, pour savoir quel a été le rôle de l'armée française au Rwanda.

La Libye est au bord de l'embrasement. Le chef de l'est du pays, le maréchal Haftar, a lancé une offensive pour conquérir Tripoli, la capitale.
Les diplomaties occidentales s'inquiètent.

La Libye d'où partent de nombreux migrants : aujourd'hui le ministre de l'Intérieur français, Christophe Castaner, soupçonne les navires humanitaires qui les secourent en Méditerranée, de complicités avec les passeurs.

La BNP Paribas n'est pas encore la bienvenue à l'université. La banque devait financer une licence à Paris, les facs déclinent pour le moment ce mécénat, un peu gênant, pour une formation en développement durable.

Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.