L'un d'eux a été mis à pied, après avoir épinglé une entreprise d'aide à domicile. Les syndicats s'insurgent contre le pari des pouvoirs publics d'encourager les entreprises au détriment de la santé des salariés.

Un casque de chantier posé sur un code du travail lors d'une manifestation des inspecteurs du travail à Paris (3 avril 2008)
Un casque de chantier posé sur un code du travail lors d'une manifestation des inspecteurs du travail à Paris (3 avril 2008) © AFP / JACQUES DEMARTHON

A-t-il fait un excès de zèle ou simplement voulu protéger des salariés, comme c'est sa mission ? Un inspecteur du travail a été mis à pied pour avoir voulu sanctionner une entreprise. Les syndicats dénoncent la stratégie de l'Etat qui mise sur la reprise de l'activité économique au détriment de la santé des salariés.

Des doutes aussi sur la protection des militaires à bord du Charles-de-Gaulle : près de 700 ont été contaminés par le coronavirus, un coup dur pour l'armée.

Le confinement change-t-il la répartition des tâches domestiques, quand les hommes et les femmes passent autant de temps à la maison ?
Pas vraiment, nous dit une étude Harris Interactive commandée par le gouvernement.

Un "massacre" dans les maisons de retraite en Italie : le mot très fort vient d'un responsable de l'OMS. Des enquêtes s'ouvrent pour compter les victimes.

A la fin de ce journal, un conseil de lecture : Gallimard met en ligne chaque jour des "Tracts de crise", des écrits de grands auteurs, inédits, à télécharger gratuitement.

Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.