Le ministre de l'Intérieur auditionné par les parlementaires, dès 10 heures, dans l'affaire Benalla. Qui d'autres dans le collimateur des députés ? Question posée, alors que la justice a procédé hier à cinq mises en examen, dans ce qui commence à ressembler selon de nombreux commentateurs à une affaire d'Etat.

Elles sont tombées hier soir. Voici donc 5 mises en examen après les révélations concernant Alexandre Benalla, ancien chef de la sécurité du candidat Macron pendant la présidentielle. Mise en examen pour "violence en réunion pour le jeune collaborateur de l'Elysée".  Pour immixtion dans l'exercice d'une fonction publique, avec son comparse de la République en Marche Vincent Crase . Et puis 3 gradés de la police, mis en examen pour "détournement d'image de vidéo protection". Aujourd'hui, place aux première auditions parlementaires avec Gérard Collomb le ministre de l'intérieur entendu dès 10 heures. Mais au delà : question clé, qui sera véritablement auditionné...sur ce dossier explosif?

Après quatre jours de polémique dans l'hémicycle et dans les médias, Emmanuel Macron a condamné hier soir lors d'une réunion de crise à l'Elysée des faits "inacceptables". Il prendra la parole "quand il le jugera utile". "Il n'y a pas eu et il n'y aura pas d'impunité" Ce sont ses mots rapportés par son entourage.  Pas d'impunité, ce qui nous ramène à l'audition de Gérard Colomb tout à l'heure. Que dira-t-il ? Lui qui était au courant de l'affaire dès le 2 mai et qui n'a pas saisi l'IGPN la police des polices Permettra t-il d'y voir plus clair ? Les 3 policiers mis en examen hier pour avoir fait fuité des images vidéos ces derniers jours, ne doivent pas être les "lampistes" de cette affaire, prévient  David Le Bars, secrétaire général du syndicat des commissaires de la police nationale. 

Assemblée où doit tout de même démarrer ce lundi la dernière semaine de discussions, avant validation, pour le projet de loi Avenir Professionnel. L'affaire Benalla pourrait court-circuiter un peu les débats. Mais ce sont surtout les déclarations du chef de l'Etat à Versailles il y a 15 jours qui sèment la pagaille. Sa volonté de négocier une nouvelle convention d'assurance chômage compliquent le travail des parlementaires. 

C'est l'une des conséquences du Dieselgate et de la fraude organisée par Volkswagen. L'été sera chaud pour les constructeurs auto. De nouveaux contrôles anti-CO2 entrent en vigueur en septembre. Un nouveau protocole, plus strict, plus long, qui vise à donner la réalité des émissions de CO2, en laboratoire mais aussi sur route. Côté industriel, c'est donc une course contre-la-montre qui est lancée.

Le dossier brûlant de l'arrivée des réfugiés sur les cotes européennes. L'Italie veut imposer à l'Union Européenne ses conditions au risque s'inquiète les ONG, de laisser mourir en mer des migrants. Rome veut lier le débarquement dans ses ports des migrants sauvés en Méditerranée à un partage de leur prise en charge. et le gouvernement ferme petit à petit ses ports aux bateaux.  Les gardes côtes italiens se retrouvent seuls et en première ligne.

Une tempête tropicale retarde actuellement son exploit : une traversée à la nage de l'Océan Pacifique. C'est une aventure un peu folle que celle de Benoit Lecomte, 51 ans. Il est le premier à avoir traversé l'Atlantique à la nage, sans planche, il y a 20 ans.  Et espère retrouver les mêmes sensations  avec cette traversée du Japon, à San Francisco.  Il nage 8 heures par jour et dort sur le bateau qui le suit.  Une épreuve qui devrait dure 6 à 8 mois.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.