Marc Fauvelle

Vous nous dévoilez ce matin l'un des derniers sondages de cette campagne...

Sondage France Inter , réalisé par Ipsos avec nos partenaires (France 2, les chaines parlementaires et Sopra Steria)

Première indication, la participation. Elle remonte un peu ces derniers jours mais reste faible, moins d'un Français sur deux annonce vouloir voter dimanche, on est à 46% de participation estimée. C'est globalement le même étiage que lors des dernières élections de ce type il y a trois ans...

Les intentions de vote maintenant : la droite et le Front National sont en tête et au coude à coude.

30% d'intentions de vote pour les binômes soutenus par l'UMP et l'UDI, contre 29% à ceux du Front National. Autant dire qu'avec la marge d'erreur, on ne sait pas qui sera en tête dimanche mais le FN dispose de plusieurs avantages. Ses électeurs potentiels sont ceux qui sont les plus sûrs de leur choix, et les plus sûrs d'aller voter... Avec ces chiffres, le parti de Marine Le Pen pourrait être en mesure de conquérir jusqu'a 5 départements, et de jouer les arbitres dans une douzaine d'autres.

En 3ème position, le parti socialiste.

Crédité de 21 % des voix, il souffre mais ne s'effondre pas... Souvenez-vous des Européennes, où il était à moins de 15%. Le problème pour lui, c'est que la 3ème place dans cette élection, c'est celle du mort.

Un PS à 21% et une abstention élevée, c'est la quasi certitude d'être éliminé dès le 1er tour dans la moitié des cantons puisqu'il faut pour se qualifier, réunir 12,5% des électeurs inscrits. La gauche pourrait donc se retrouver simple spectatrice du second tour dans la moitié du pays. Obligée de choisir entre le FN et l'UMP.

Voilà pour la carte électorale à deux jours du scrutin, et maintenant le territoire... Parole aux Français dans notre tour de France des départements.

Dixième et dernier témoignage de cette France qui doute et qui gronde parfois : ce matin, nous sommes dans le Gard, où Marion Lagardère a rencontré Pierre, 70 ans. Il gère une propriété agricole à Ribaute-les-Tavernes, près d'Alès. Lui, c'est un peu compliqué, il ira voter dimanche, mais il plaide pour la disparition des départements.

Son Pierre.

__

Enfin la bizarrerie du jour.

Vous savez que toute la France vote, dimanche, à l'exception de Paris, de la métropole lyonnaise, de la Martinique et de la Guyane. Soit 2 millions et demi d'électeurs qui ne sont pas appelés aux urnes. Or ce sont des territoires qui traditionnellement, penchent plutôt à gauche, et votent nettement moins pour le Front National que le reste du pays la conséquence, Ipsos l'a calculé : c'est un gain quasi mécanique de près d'un point pour le FN, et une perte d'un demi-point pour la gauche.

Et tout cela, on le vérifiera bien sûr dimanche soir. Soirée électorale à partir de 18H sur France Inter.

L'équipe

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.