On commence avec Paris… Un rayon de soleil dans la campagne de Nathalie Kosciusko-Morizet

Pour la première fois, un sondage donne la candidate UMP en tête au soir du 1er tour. 39% des voix, contre 38% pour la socialiste Anne Hidalgo. Résultat d'une enquête CSA pour Le Figaro et BFMTV.

Pas de changement au 2nd tour, c'est toujours Anne Hidalgo qui s'imposerait, même si l'écart se réduit. Commentaire d'un proche de Nathalie Kosciusko-Morizet : « c'est la preuve que les Parisiens se foutent du NKM bashing de ces derniers jours ».

Dans le camp d'en face, un ancien Premier ministre entre en piste…

Après le lama, auprès duquel Anne Hidalgo avait posé il y a quelques jours, voici l'éléphant... Lionel Jospin s'affichera ce soir aux côtés de la candidate pour inaugurer un local de campagne dans le VIème arrondissement, à deux pas de son domicile.

Et à Strasbourg,un ministre allemand s'invite dans la campagne

Wolfgang Schauble, le tout puissant ministre allemand des finances sera ce soir dans la capitale alsacienne, aux côtés de la candidate de l'UMP Fabienne Keller. Un grand meeting franco-allemand et un joli coup politique, pour celle qui espère reprendre la mairie à la gauche. Même si officiellement, il ne s'agit que de défendre la vocation européenne de la ville, le maire socialiste Roland Ries, candidat lui aussi, regrette qu'on ait oublié de l'inviter

Son Roland Ries (au micro de Corinne Fugler de France Bleu Alsace)

Direction Montreuil, près de Paris, pour une affaire d'héritage

Qui succédera à Dominique Voynet dans la seule grande ville de France tenue par les écologistes ?

Hier soir, les militants écolos ont désigné leur candidat... Il s'appelle Ibrahim Dufriche, il n'est autre que le petit-fils d'un ancien maire communiste de la ville, et cela tombe bien, puisqu'il affrontera en mars un autre ancien maire PC, Jean-Pierre Brard, mais aussi le socialiste Razzy Hammadi.

Enfin, François Hollande fait-il campagne sans le dire ?

C'est l'accusation lancée par la droite toulousaine, alors que le chef de l'Etat se rend aujourd'hui dans la ville rose, pour y parler choc de simplification. Le candidat UMP Jean-Luc Moudenc dénonce une opération électorale pour soutenir le maire actuel Pierre Cohen. A l'Élysée, on préfère en sourire : « le Président ne va tout de même pas rester cloîtrer pendant deux mois » confie un conseiller.

Et d'ailleurs ce déplacement a donné lieu à un petit couac de com’ ?

Communiqué de la présidence, hier midi, pour annoncer la visite. Au milieu du programme, on trouve bien le nom du maire de Toulouse, Mr Cohen, sauf qu'il a été rebaptisé "Patrick Cohen".... un rectificatif est parti un quart d'heure plus tard, avec cette fois le bon prénom…

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.