A la Une ce matin, les 10 villes qui pourraient tomber dans l'escarcelle du Front National

Au micro, personne ne vous le dira, mais en aparté, l'un des plus hauts responsables du FN égrène la liste des villes que le parti pense pouvoir gagner dans deux mois… Le Front national mise d'abord sur ses trois "vedettes", Robert Ménard à Béziers, Marion Maréchal Le Pen à Sorgues dans le Vaucluse, et Gilbert Collard a Saint-Gilles dans le Gard...

Mais il espère aussi conquérir Carpentras, Perpignan, Fréjus, Aubagne, Tarascon ou encore Les Saintes-Maries-de-la-Mer....

En plus de ces 9 villes du Sud-est, une autre complèterait ce tableau de chasse, Hénin-Beaumont, dans le Pas-de-Calais.

Hénin Beaumont où, (cela tombe bien !) France Inter pose ses micros aujourd'hui....

Avec une série de reportages, signée Nasser Madji que vous pourrez entendre à 8H, 13H et 19H et sur franceinter.fr

Hénin-Beaumont, c'était bien sûr la ville du match entre Marine Le Pen et Jean-Luc Mélenchon aux législatives...

Aujourd'hui, la droite républicaine y est quasiment inexistante, et le scrutin va se jouer entre le candidat du FN, Steeve Briois, et pas moins de cinq listes de gauche, dont celle de l'ancien maire socialiste Gérard Dalongeville, condamné pour détournements de fonds.

C'est bien cette division de la gauche, qui inquiète le maire sortant Eugène Binaisse. Le PS et les écologistes sont derrière lui, mais ses soutiens redoutent une dispersion des voix, comme la Verte Marine Tondelier.

Son Marine Tondelier.

Hénin-Beaumont où un sondage donne justement le candidat FN en tête au 1er tour…

36% des voix pour Steeve Briois, qui devancerait le maire sortant de deux points si le 1er tour avait lieu dimanche prochain. C'est le résultat d'un sondage CSA pour BFMTV, Orange et Le Figaro.

Au 2nd tour, le candidat du PS l'emporterait avec 54% des voix, contre 46% au FN...

Mais attention, le passé nous l'a prouvé, Hénin-Beaumont reste une terre difficile à sonder, le score du FN y a souvent été largement sous-estimé.

Enfin, les municipales feront-elles exploser le Front de gauche ?

Après 4 mois de bouderies, le patron des communistes Pierre Laurent et son meilleur ennemi Jean-Luc Mélenchon se retrouvent demain matin dans un restaurant du parc des Buttes-Chaumont à Paris... Avec en plat de résistance, l'épineuse question des municipales. Jean-Luc Mélenchon n'a toujours pas digéré que les communistes fassent liste commune avec le PS à Paris, et dans la moitié des grandes villes, lui qui plaide pour des listes autonomes. Les deux hommes devraient donc acter leur désaccord, et tenter de recoller les morceaux en vue des élections européennes.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.