A la une ce matin : Marseille vaut bien.... un déjeuner !

Officiellement ce sera frugal, un simple plateau repas pour sceller les retrouvailles. Mais c'est bien le coup d'envoi des négociations à gauche qui sera donné aujourd'hui à Marseille, où le socialiste Patrick Mennucci et l'écologiste Karim Zéribi ont prévu de se retrouver à la mi-journée pour tenter de trouver un accord, c'est une information France Inter. Le PS veut obtenir le soutien des écologistes dès le 1er tour, pour renverser le maire sortant Jean-Claude Gaudin. Des négociations locales, mais aussi nationales car les écologistes vont proposer un deal : en échange d'un soutien à Marseille, ils demandent au PS de se ranger derrière leur candidat à Perpignan...

En cas d'accord, le texte pourrait être validé dès le week-end prochain par un vote des militants écologistes.....

A Pau aussi, on s'apprête à négocier

Alors là pas de suspense, depuis que l'UMP a fait une fleur à François Bayrou en acceptant de retirer son candidat avant le week-end. Le patron du Modem et son ex rival Eric Saubatte entrent en négociations dès aujourd'hui pour constituer leur future liste et ils se donnent un mois pour conclure. A gauche, le candidat socialiste s'amuse de cette alliance téléguidée par Paris : David Habib, au micro de Jean-Pierre Daucé, de France Bleu Béarn.

Son David Habib.

Au niveau national, un sondage donne la droite et la gauche au coude à coude.

Attention, là il ne s'agit pas d'intentions de vote, mais de souhaits de victoire. Qui souhaitez-vous voir l'emporter le 30 mars prochain dans votre ville ? Question posée par BVA pour Les Echos . La droite parlementaire arrive en tête à 32% devant le PS et l'extrême gauche à 31%.

Notez également le repli du Front national, ce qui confirme une tendance enregistrée ces derniers jours : 14% des personnes interrogées souhaitent un maire FN dans leur commune, c'est 3 points de moins qu'en novembre dernier.

On inaugure un nouveau chapitre ce matin, avec les affiches les plus insolites !

Les premières commencent à faire leur apparition, et certaines font déjà le bonheur de la toile... Dans la catégorie alimentaire, Clémentine Autain, candidate Front de gauche à Sevran a choisi de poser tout naturellement devant... un rayon de clémentines, agrémenté du slogan "des vitamines pour les Sevranais".

Toujours au Front de gauche, une candidate parisienne a fait dessiner une frite sur son tract de campagne. Avec le slogan "prenez la frite" !

Enfin, la palme du jeu de mot revient à un candidat d'Aurillac dans le Cantal... Il s'appelle Jean-Antoine Moins... Et il a osé le slogan : "faire plus avec Moins".

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.