Marc Fauvelle

A Paris, dernier tour de piste pour Nathalie Kosciusko-Morizet Elle avait choisi le Cirque d'hiver, hier soir, pour son dernier grand meeting de campagne.La candidate de l'UMP et du centre a distillé quelques piques à destination de sa rivale Anne Hidalgo.Et elle s'est présentrée comme "la candidate des quartiers Est", les quartiers populaires aujourd'hui tenus par la gauche. "Parce ce que je sais d'où je viens" a ajouté la candidate. Son entourage s'est empressé d'ajouter qu'elle faisait référence à ses racines polonaises plutôt qu'à sa jeunesse, elle qui est née dans le XVème arrondissement (pas vraiment les quartiers Est), avant de grandir dans une banlieue plutot huppée, et de faire sa classe prépa au prestigieux lycée Louis-Le-Grand. et en face Anne Hidalgo voit la vie en rose Les sondages lui prédisent la victoire, et même au sein du gouvernement, plusiurs voix considèrent que la capitale est déja dans la poche, sans le dire trop fort, pour ne pas démobiliser les électeurs de gauche.Mais en apparté, un ministre confie pourtant tout le mal qu'il pense de la campagne de la candidate socialiste : un "projet vide", une "stratégie d'apparatchik", et une campagne "faite uniquement sur la comm'" ! "Elle ne devra sa victoire", poursuit ce ministre, "qu'au fait qu'NKM a été encore plus mauvaise qu'elle...."Dernière ligne droite, et dernière rafale de sondages avant le premier tour D'abord à Hénin-Beaumont, où le Front national continue de faire la course en tête. Son candidat Steeve Briois semble bien parti pour décrocher la ville. Un sondage Ipsos Steria pour France Bleu Nord et France 3 Nord Pas-de-Calais le crédite de 45% des voix au 1er tour, face à une gauche déchirée. Au 2nd tour, il s'imposerait dans tous les cas de figure.Et puis à Strasbourg, le supense reste entier. Egalité parfaite au 2nd tour entre le maire sortant socialiste Roland Ries, et sa rivale de droite Fabienne Keller. C'est du 50/50. Et c'est une autre enquête Ipsos-Stéria.La diversité reste à la porte des mairies Avec un chiffre choc dévoilé hier par le CRAN, le conseil représentatif des associations noires de France. Sur les 50 premières villes de l'hexagone, 11 ne comptent aucun adjoint au maire issu de la diversité. En l'absence de statistiques ethniques interdites par la loi, l'association a épluché les patronymes, photos et lieu de naissance des élus.Une information pratique qui vous concerne si votre commune a moins de 1000 habitants Finalement , vous n'aurez pas besoin de papiers d'identité pour aller voter dimanche. Le ministère de l'Intérieur vient de faire machine arrière face à la fronde de nombreux maires ruraux. Il renonce à cette réforme. Cela concerne les 27.000 communes de moins de 1000 habitants. Dans toutes les autres, la pièce d'identité reste obligatoire avant d'entrer dans l'isoloir. Cela peut être une carte d'identité, un permis de conduire, ou même une carte vitale...

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.