Carine Bécard

Parlons des candidats "sans étiquette" : ils sont fichés par le ministère de l'Intérieur, et classés malgré tout « divers droite » ou « divers gauche »... Un fichage qui agace les élus.

Et ils sont remontés contre Manuel Valls. Le ministre de l'Intérieur doit recevoir dans les heures qui viennent, une lettre. C'est Jacques Pélissard, le président de l'Association des maires de France qui l'a envoyée hier soir... Et s'il n'est pas très vite entendu, il en touchera deux mots, promet-il, au Premier ministre Jean-Marc Ayrault, qu'il doit justement rencontrer - hasard du calendrier - dès jeudi matin.

En fait, ce fichage des maires "sans étiquette" a toujours eu lieu dans les communes de plus de 3 500 habitants. En 2008 par exemple, sur les 24 000 candidats "sans étiquette", 8 000 avaient été répertoriés « divers gauche » et 16 000 « divers droite ». Le problème ? C'est pour les bourgades entre 1 000 et 3 500 habitants... Souvent, il n’y a qu'une seule liste qui rassemble toutes les bonnes volontés. Or, si c'est pour être fichés, plus personne ne va vouloir se présenter !

Côté électeurs, place à la "cristallisation" !

Alors, c'est quoi la "cristallisation" ? C'est le moment où vous commencez à vous sentir concerné par le scrutin... Vous allez décider si vous irez voter ou pas. Simplement, cette période de cristallisation dure de plus en plus longtemps. C'est ce qu’a observé Xavier Chinaud, expert électoral...

Son Xavier Chinaud.

10% des électeurs qui, jusqu'au bout, ne savent pas pour qui voter. De quoi bousculer pas mal de pronostics électoraux !

Direction la Corrèze. On peut y voir comme un mauvais présage...

C'est en tout cas, un mauvais coup pour Michel Paillassou, maire d'Egletons (4 500 habitants) déterminé évidemment à décrocher un 2ème mandat... Mais Michel Paillassou, c'est surtout l'ancien et dernier adversaire corrézien du président Hollande. Il est le patron, encore aujourd'hui, de la droite départementale. Et la gendarmerie vient de lui retirer le permis, pour excès de vitesse, et surtout pour un mois ! Autrement dit, au moins jusqu'au 1er tour des élections municipales, ce qui devrait - sans mauvais jeu de mot - sérieusement ralentir sa campagne...

Allez ! Pour finir, un sondage Ipsos publié ce matin dans Le républicain Lorrain . Il concerne la ville de Forbach. Florian Philippot, vice-président du FN arriverait en tête au premier tour avec 35% des intentions de vote. Au second tour, il ferait jeu égal, 38 %, avec la maire sortant, le socialiste Laurent Kalinowski.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.