- Le compte est bon à l'UMP

Surtout pas de triomphalisme ! C'est la consigne passée par Jean-François Copé à ses troupes, pour éviter de démobiliser ses électeurs dimanche prochain. Mais en privé, certains cadres du parti ont fait leurs comptes

Au 1er tour, la droite a déjà repris 29 villes de plus de 9000 habitants à la gauche, et dans le même temps elle n'en a a perdu que 2. Si la tendance se confirme, ce sont encore une soixantaine de villes qui pourraient passer à droite (en incluant les pertes éventuelles).

Des villes qui pour certaines, étaient encore considérées comme ingagnables il y a quelques jours. Carcassonne, Schiltigheim, ou encore une série de communes franciliennes comme Palaiseau, Asnières ou Bobigny

- A Marseille, le masque est tombé

Voila des mois que le camp du socialiste Patrick Menucci accusait le patron du département, Jean-Noel Guérini, multi mis en examen et écarté de la course a la mairie, de faire campagne en sous-main pour la droite. La preuve a éclaté au grand jour hier : dans le 2eme secteur de la ville, la candidate guériniste Lisette Narducci a annoncé qu'elle rejoignait Jean Claude Gaudin avec armes et bagages. Au passage, elle lui offre sur un plateau le secteur du Panier, qui était jusqu'ici un fief de la gauche. Chez Jean-Claude Gaudin, on se prend même à rêver d'un quasi grand chelem dans les 8 secteurs de la ville.

- Au front National, tout ca pour ca....

Souvenez vous, on allait voir ce qu'on allait voir.... A l'automne dernier, le parti de Marine le Pen avait dévoilé une charte des municipales, qui devait servir de base à des alliances avec des candidats de droite ou de gauche, ceux que le Fn appelle les « patriotes ».

Depuis le suspense avait été savamment entretenu. Le verdict est tombé hier de la bouche de Marine Le Pen : le FN passera des accords avec des listes divers droite dans.... 2 villes ! Villeneuve-St-Georges (30000 habitants en banlieue parisienne) et L'Hôpital (5500 habitants en Moselle). 2 villes sur les 330 dans lesquelles le FN est présent au 2d tour

- A Bastia, un front anti Zuccarelli....

Voila un demi-siècle que la famille Zuccarelli règne sur la mairie de père en fils, mais la dynastie municipale pourrait s'arrêter net dimanche. Le maire sortant (radical de gauche) Emile Zuccarelli avait décidé de passer le flambeau à son fils, Jean, arrivé en tète du 1er tour. Mais ses concurrents ne l'entendent pas de cette oreille. Pour le faire battre, un accord a été trouvé hier entre les 3 listes arrivées derrière lui, celle des nationalistes, de l'UMP et une liste de gauche qui vont fusionner. Résultat sauf coup de théâtre, c'est l'avocat nationaliste Gille Simeoni, qui avait défendu notamment Yvan Colonna, qui devrait s'emparer de la mairie.

- le chiffre du jour : 6455

C'est le nombre de villes ou l'on votera dimanche pour le 2nd tour.

Ce que signifie que dans la grande majorité des communes de France, un peu plus de 30.000, le maire a été élu dès le 1er tour dimanche dernier.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.