Frédéric Métézeau.

La France en triangulaire ?

C'est une première : le Front National partout au second tour : 10 triangulaires sur 13 régions. Seules PACA et le Nord-Picardie verront un duel FN-Les Républicains. Quadrangulaire en Corse avec une liste nationaliste, une liste de droite, une liste de gauche et donc le FN.

La gauche part unie partout sauf en Bretagne où Jean-Yves Le Drian comme en 2010 ne veut pas des Verts... Le Canard Enchaîné rapporte ce dialogue avec Manuel Valls : "Ton attitude menace l’accord national conclu avec EELV, tu peux faire perdre Barto en Ile-de-France !" /// "Je m’en fous" lui aurait répondu le chef de file socialiste en Bretagne...

La gauche réunie en Normandie voisine

La gauche réunie dans une Normandie réunifiée et cela lui permet d'espérer la victoire. Idem en Île-de-France également, sondage ODOXA dans Le Parisien : Valérie Pécresse 42%, Claude Bartolone 40% et Wallerand de Saint-Just, 18%.

Jacobinisme, quand tu nous tiens...

C’est l'une des leçons de ce scrutin : la mainmise persistante de "Paris" sur les régions. Souvenons-nous de la nouvelle carte dessinée dans une opacité et une improvisation totales dans le bureau de François Hollande. Souvenons-nous qu'avec la réforme de la taxe professionnelle en 2007, les régions n'ont que 10% d'autonomie budgétaire et qu'elles sont contraintes par des compétences obligatoires très lourdes comme les TER ou la construction des lycées...

Dans le Nord et en PACA, le retrait des listes socialistes et par ricochet de toutes les autres listes de gauche a été décidé par Solférino en liaison avec Matignon et l'Elysée ; et au FN l'argument de campagne numéro 1, le slogan de ces candidats en région tient partout en trois mots : "Marine Le Pen"...

A droite, les candidats essaient de résister à cette nationalisation persistante en refusant, pour la plupart, la venue de grands leaders.

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.