Frédéric Métézeau.

Difficile de parler d'autre chose que de sécurité… et pourtant…

Une quarantaine de syndicalistes franciliens veulent remettre en avant les questions économiques et sociales au cœur de la campagne. L’ex-patron de la CGT à la SNCF Didier Le Reste ou l'opposant numéro 1 au travail du dimanche à Paris Karl Ghazi dénoncent « les offensives contre le Code du travail » et Ils appellent à voter Front de gauche en Ile-de-France. Ils rappellent que les Régions ont des compétences économiques notamment dans les aides aux entreprises.

Chacun son vocabulaire : le PS promet une campagne « courte sans trompettes ni fanfreluches » quant à Nicolas Sarkozy en meeting ce soir à Schiltigheim près de Strasbourg, son entourage promet un discours « républicain, pas seulement des critiques mais beaucoup de propositions sur la Justice, l'Immigration ou l'Education ». En revanche, Christian Estrosi (LR) lâche ses coups en PACA. « Le gouvernement paie ses échecs sécuritaires avec le prix du sang » explique-t-il en fustigeant « l'ennemi intérieur ». Pourtant, dimanche dernier il accusait le FN de faire des Musulmans des boucs-émissaires mais c'était avant un sondage qui le donnait largement battu par Marion Maréchal Le Pen...

Une région, au-moins, pourrait rester à gauche si l'on en croit une étude IPSOS-SOPRA-STERIA pour France 2 et France Inter. Le PS remporterait la nouvelle région Midi-Pyrenées-Languedoc-Roussillon en triangulaire avec 40% pour Carole Delga, 33% pour Louis Aliot (FN) et 27% pour Dominique Reynié (LR). Le candidat de droite est aussi donné troisième au premier tour.

Régionales mode d'emploi : la parité hommes-femmes dans le scrutin.

Les listes sont strictement paritaires avec l’alternance un homme-une femme ou une femme-un homme. Mais sur les 132 listes enregistrées en France métropolitaine, seulement 28 sont conduites par des femmes. Seuls les Verts ont plus de femmes têtes de liste. Pour l'instant, les sondages ne donnent que 4 candidates vainqueurs sur 13 régions de France métropolitaine (Carole Delga, Marine Le Pen, Marion Maréchal Le Pen et Valérie Pécresse). Une fois les conseils régionaux élus les exécutifs devront aussi être paritaires. Il reste à voir de quels dossiers et de quelles délégations hériteront les vice-présidentes.

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.