Le fait du jour : Nicolas Sarkozy, lors de ses vœux à la presse hier, a ironisé sur sa relation avec les journalistes.

C’était « Je t’aime, moi non plus » dans la salle des fêtes de l’Elysée. Le chef de l’Etat, plutôt joueur, a comparé cette relation qui a fait tant parler, à celle d’un vieux couple, ramenant le débat quelques années en arrière :

SON Nicolas Sarkozy.

Nicolas Sarkozy, ironique, un brin vachard, a évoqué, sans le citer bien sûr, son rival François Hollande, et a décrit en creux une presse qui serait, à ses yeux, complaisante, versatile, coupable de sentiments :

SON Nicolas Sarkozy.

Retrouvant son sérieux, le président candidat a quand même levé un coin de voile sur / ce que / sera sa campagne à venir :

SON Nicolas Sarkozy.

Derrière les sourires et l’humour hier, il y avait la dureté, bien réelle et beaucoup plus banale, de la relation entre le pouvoir, quel qu’il soit, et les médias.

Nicolas Sarkozy qui a reçu hier les députés et sénateurs de la majorité pour les galvaniser…

« Je suis le suicidaire le plus en forme de France, on ne peut pas gagner sans prendre de risque », a lancé le chef de l’Etat, en réponse à l’UMP Lionnel Luca, qui a parlé de « suicide politique » à propos de l’annonce d’une hausse de la TVA juste avant les élections. Nicolas Sarkozy qui devrait présenter sa candidature entre la mi-février et le début du mois de mars.

Eva Joly décidément bien encadrée…

Deux personnes chargées de sa sécurité l’accompagnent désormais dans tous ses déplacements. La candidate écologiste a reçu la semaine dernière une balle glissée dans un courrier. Eva Joly qui veut rectifier son image, avec une bio qui sort aujourd’hui en librairie et quatre pages à venir dans Paris Match .

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.