Le fait du jour : Nicolas Sarkozy fait le ménage à droite…

Il veut en finir avec la multiplication des Villepin : après les ralliements de Boutin, Morin, Dati, les regards se tournent vers Rama Yade : selon une source UMP, il a été proposé à l’ancienne ministre, qui a rejoint Jean-Louis Borloo au Parti Radical, de monter avec Nicolas Sarkozy à bord du TGV pour Bordeaux samedi.

Mais Rama Yade réclame en échange d’être seule candidate dans la circonscription d’Asnières-Colombes. Problème : le député sortant Manuel Aeschlimann a reçu l’investiture UMP avec le soutien amical du président. Et Jean-Louis Borloo devrait appeler à voter Nicolas Sarkozy au congrès du Parti Radical dans 10 jours. Rama Yade risque de se retrouver un peu seule.

La difficile campagne, à présent, d’un fidèle du président :

Frédéric Lefebvre se présente pour être député UMP de la 1ère circonscription des Français de l’étranger, qui couvre les Etats-Unis et le Canada. Mais le secrétaire d’Etat au tourisme, doit affronter un rival majorité présidentielle, un certain… Julien Balkany, demi-frère du meilleur ami du président. Et pour ce candidat, l’outsider, ce n’est pas lui, c’est l’autre :

Son Julien Balkany.

Nicolas Sarkozy pourrait croiser le fer avec Jean-Marie Le Pen…

Le candidat-président, invité de l’émission des Paroles et des actes sur France 2 mardi prochain, aura pour contradicteur Laurent Fabius. Les responsables du magazine envisagent un autre face-à-face, avec le président d’honneur du Front National, mais pas avec sa fille, parce qu’elle est candidate.

Jean-Marie Le Pen qui a promis d’ôter son caleçon à Jean-Luc Mélenchon pour avoir osé défier sa fille sur le plateau de France 2. La réponse du candidat du Front de Gauche, rencontré au Salon de l’Agriculture par Marion Lagardère :

Son Jean-Luc Mélenchon.

Henri Guaino, après son débat avec Marine Le Pen la semaine dernière sur France 2, s’est vu critiqué ça et là pour son ton aimable avec la candidate du Front National en fin de discussion. Commentaire d’un conseiller de l’Elysée : « il n’était pas question d’insulter les électeurs du FN, il y aura un deuxième tour ».

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.