Jean-Marc Ayrault, invité hier de Tous Politiques sur France Inter, a voulu montrer qu’il était le patron.

C’est un Premier ministre la mine grave, un peu tendu, qui est venu hier avec pour objectif de balayer le procès en « inaction » qui lui est fait depuis plusieurs semaines, dans l’opinion, dans les médias, chez certains ministres. « Jean-Marc veut rappeler qu’il n’a pas de problèmes d’autorité, et il veut s’expliquer sur ses vacances », a prévenu son entourage, dès hier matin, au téléphone, à quelques heures de l’émission. Et ça n’a pas raté.

Le sujet – sensible – l’a visiblement touché : je n’ai pas « bullé » pendant mes deux « pauvres semaines de vacances », a asséné d’entrée de jeu un Jean-Marc Ayrault piqué au vif, dans un style assez inhabituel.

Autre mise au point : c’est bel et bien lui qui a recadré les ministres qui ont dérapé, notamment Arnaud Montebourg et Pierre Moscovici qui ont polémiqué sur la future Banque d’Investissement Public :

Son Jean-Marc Ayrault.

« Je les ai personnellement rappelés à l’ordre, au téléphone. Ils m’ont promis : plus rien, on ne dira plus rien », a raconté Jean-Marc Ayrault, en coulisse, ce sera sa seule vraie confidence.

Et ce matin, fin de la séquence Matignon ?

Jean-Marc Ayrault aura disposé d’une bonne semaine, à la suite de La Rochelle, pour occuper l’espace médiatique. Mais c’est François Hollande, après son discours sur la crise à Châlons-en-Champagne, qui reprend la main et fait à 9h la rentrée des profs dans un collège de Trappes, avec Vincent Peillon. Le chef de l’Etat, qui va s’exprimer dimanche prochain à la télé, a finalement décidé de monter en première ligne, comme jadis son prédécesseur. C’est peut-être ça, la présidence normale…

Pour finir, des nouvelles de Franck Louvrier…

L’ex-conseiller en communication de Nicolas Sarkozy a publié hier soir sur Twitter une photo du concert de Coldplay au Stade de France, avec ce commentaire : « éblouissant ». Franck Louvrier qui s’installe ce matin dans son nouveau fauteuil de président de Publicis Events, loin des affres de l’Elysée… et doit fredonner Viva la vida

Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.