L’appel de François Bayrou à voter François Hollande consterne les centristes…

Pour celui qui rêvait de refonder le Centre à défaut de remporter la présidentielle, c’est plutôt mal parti. François Bayrou expliquait en privé que les ex-UDF viendraient tous à lui, après la présidentielle. Jean Leonetti, l’encore ministre des affaires européennes, n’en prend pas le chemin, au micro d’Olivier Bost :

Son Jean Leonetti.

Le Parti Radical de Jean-Louis Borloo s’étonne d’un choix « incohérent » de celui qui ne partage pas le programme économique du candidat du PS. « Décision regrettable, l’ancien Président de l’UDF dont nous étions les compagnons de route tourne le dos à ses propres convictions » ajoute Yvan Lachaud, président du Groupe Nouveau Centre à l'Assemblée.

Quand François Hollande évoque son duel télévisé avec Nicolas Sarkozy.

« Il tenait à ce duel plus que moi. Pour lui, c’était le moment ultime », explique le candidat du PS, à propos de son rival.

« Je l’ai tout de suite attaqué sur sa conception de la fonction présidentielle, ce qui l’a obligé à répondre sur mon terrain ». François Hollande estime que Nicolas Sarkozy a commis un délit de forfanterie, en répétant qu’il allait l’exploser, le pulvériser. « C’est dangereux de faire ça », confie le candidat socialiste, qui se dit surpris d’avoir pu dérouler sa tirade « moi, président de la République ». Sa formule, répétée à seize reprises, pendant plus de trois minutes, sans jamais être interrompu, était une critique sévère de la présidence écoulée. « J’ai vu à ce moment, dans son regard, qu’il me détestait, il savait que je venais de marquer un point », ajoute François Hollande, avant de conclure par une touche d’humour, à propos de l’audience de France 2 qui a été supérieure à celle de TF1 lors de l’émission : « j’étais mieux sur la 2 » ?

Et que dit-on chez Nicolas Sarkozy à propos du débat ?

Le président candidat estime avoir mené un bon débat, dans le calme, et avoir démontré que la nervosité était chez son rival. Ils font ce matin match nul à ce sujet dans notre baromètre Ipsos. Nicolas Sarkozy qui a reçu hier en meeting à Toulon un hommage féminin appuyé dans le public, recueilli par Anne-laure Dagnet :

Son Nicolas Sarkozy.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.