Le fait du jour, la présidentielle à gauche passe par la classe ouvrière.

Le nouveau lieu où il faut se montrer, se mobiliser est la raffinerie Pétroplus de Petit Couronne, près de Rouen, 550 salariés, un site menacé de fermeture dans lequel se rend ce matin François Hollande, avec Laurent Fabius à ses côtés. L’entourage du candidat du PS hier soir à Mérignac aura tenté de garder le secret, que Marion l'Hour et Cyril Graziani ont pourtant éventé dans le journal de 18h sur France Inter. François Hollande, un peu à la manière de Nicolas Sarkozy, voulait créer la surprise ce matin, lui qui ne s’est pas rendu lundi devant le tribunal d’Amiens avec les quatre autres candidats de la gauche en soutien à l’ancien leader CGT des Contis. Le candidat du PS a fait de la reconquête des classes populaires l’une de ses priorités. La classe ouvrière, un quart de la population française dans les années 60 du temps de la splendeur du PC, pèse moins de 10% aujourd’hui et vote massivement Front National ou s’abstient. Elle reste un enjeu électoral. Jean-Luc Mélenchon du coup se rendra demain à Pétroplus, il y croisera d’ailleurs le centriste Hervé Morin. La candidate de Lutte Ouvrière Nathalie Arthaud y est attendue dans une douzaine de jours. Confirmant bel et bien qu’il n’y aura pas de brevet de gauche en 2012 sans mobilisation en faveur des luttes sociales.

Vous revenez sur le « sale mec » qui a fait vibrer la campagne présidentielle hier :

Hélène Roussel l’évoquait à l’instant… La majorité a cru tenir la redite du « Chirac vieux, usé et fatigué » qui a coûté cher à Lionel Jospin il y a dix ans. François Hollande a-t-il frôlé, malgré lui, frôlé le syndrome Jospin ? la réponse du porte-parole Bruno Le Roux, au micro de Cyril Graziani :

Son Bruno Le Roux.

Pour finir… Hervé Morin, le candidat du Nouveau centre, a une obsession …

François Bayrou ! A chacun son rival. Morin, ou Monsieur 1% comme l’appellent tendrement certains de ses amis à droite, n’a pas pu s’empêcher, lors de ses vœux hier, de s’en prendre à huit reprises au président du Modem, son ancien mentor, dont la campagne se porte comme un charme. Morceau choisi par Stéphane Leneuf :

Son Hervé Morin.

Hervé Morin imitateur… Une nouvelle carrière…

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.