Le gouvernement, à cinq jours du scrutin, se fait plus que discret.

C’est silence dans les rangs depuis la présidentielle. Seuls François Hollande et Jean-Marc Ayrault s’expriment, et la parole des ministres semble restreinte. Il faut dire que 24 d’entre eux sont en campagne pour les législatives. Gaffes et dérapages interdits. Et l’Elysée donne l’exemple. Finie l’époque où le secrétaire général Claude Guéant ou le conseiller spécial Henri Guaino s’exprimaient tous azimuts sur les antennes. « François Hollande veut une communication qui existe autant que nécessaire », précise Aquilino Morelle, qui rédige ses discours. Les plus proches collaborateurs ne parleront plus, du moins en public. Le chef de l’Etat souhaite une parole plus ordonnée, cadrée, rigoureuse. Plus normale, quoi. Rendez-vous après les législatives, pour voir si la règle qui vaut également à Matignon résistera à l’épreuve des difficultés.

On passe à cette déclaration de Martine Aubry, qui fait débat…

« Nous pensons qu'il y a d'énormes marges de manœuvre en faisant rentrer des impôts complémentaires », a estimé la première secrétaire du PS, qui parle de cibler les plus privilégiés. Autre commentaire – anonyme celui-là - d’un responsable d’Europe Ecologie les Verts : si j’étais François (Hollande), j’augmenterai massivement les impôts, dès cet été, sinon, il ne pourra pas tenir sa promesse électorale de retour aux 3% de déficits en 2013 ».

Quand la règle du non-cumul ne fait pas que des heureux…

Dominique Bertinotti, nommée ministre de la famille - elle n’est pas en campagne législative – veut tranquillement céder son fauteuil de maire du 4ème arrondissement de Paris à son successeur… qui n’en veut pas. Le socialiste Christophe Girard est obligé de l’accepter, c’est la règle pour les conseillers de Paris, sinon il perd tout. Mais il devra abandonner, non-cumul oblige pour lui aussi, son portefeuille d’adjoint à la culture de Bertrand Delanoë. Du coup, il traine des pieds.

Et la ministre s’impatiente.

Son Dominique Bertinotti.

Enfin… l’Elysée qui a dévoilé hier le portrait officiel de François Hollande, signé Raymond Depardon, a confirmé qu’il n’y aurait pas de Garden Party le 14 juillet. Fini, faut faire des économies.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.