Par Nasser Madji.

Nicolas Sarkozy mettra fin à sa carrière politique s'il ne parvient pas à être réélu à la tête de l'Etat.

L’entourage du président-candidat a passé sa journée d’hier à justifier la prise de position de Nicolas Sarkozy. Pour sa porte-parole, Nathalie Kosciusko-Morizet, Nicolas Sarkozy a « juste répondu à une question ».

Laurent Wauquiez qui accompagnait le candidat de l'UMP dans la Loire préférant rendre hommage -avec ses mots à lui- à l'engagement sans faille du chef de l'Etat. Son Laurent Wauquiez (au micro d’Anne-Laure Dagnet)

En fait, le contre exemple, celui que l'UMP ne veut surtout pas voir associé à l'annonce de Nicolas Sarkozy, c'est celui-ci : Son Lionel Jospin, en 2002.

Et c'est vrai que la posture de Nicolas Sarkozy ressemble plus à celle du Général de Gaulle... En mettant ainsi en jeu son avenir politique… Dans une espèce de dramatisation, il fait de la campagne une sorte de référendum sur sa personne. Comme l'avait fait De Gaulle, c'était deux jours avant un référendum sur la régionalisation, le 25 avril 1969.

Son Général de Gaulle.

On connait la suite... Le Général avait du partir après avoir perdu la confiance des Français.

Et justement, celui qui se présente parfois comme un des héritiers du Général de Gaulle a lui toutes les peines du monde à recueillir les 500 signatures.

Dominique de Villepin qui a lancé un nouvel appel aux maires hier en reprenant même le célèbre « aidez-moi » de De Gaulle. Alors qu'un autre candidat plus modeste déposait lui 538 signatures au Conseil constitutionnel. C’est Jacques Cheminade, et évidemment on lui a posé la question : pourquoi avez-vous réussi vous, et pas Dominique de Villepin, à passer ce fameux cap des 500 signatures ?

Son Jacques Cheminade.

Dominique de Villepin ne montrera pas ses biceps tout à l'heure à 12h30 au Drugstore sur les Champs-Elysées. Il y sera uniquement pour dédicacer son dernier livre. Villepin à qui il manque, d'après son équipe, une cinquantaine de signatures. Pas de problème de signatures enfin pour Eva Joly… Qui sera bientôt aux côtés de Daniel Cohn-Bendit pour un meeting à Strasbourg... Ce sera mercredi prochain, le thème principal de ce rassemblement : l'Europe.

L'équipe

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.