Le fait du jour : vous revenez sur la primaire socialiste, avec l’homme le plus courtisé de France…

« Arnaud Montebourg, va se vendre cher, très cher, et ce sera la course à l’échalote dé-mondialiste », a lancé hier soir un membre de la direction du PS, rue de Solferino, avant d’ajouter : « le facteur ayant disparu de la circulation, c’est Arnaud avec sa gueule d’ange qui incarne le mieux la jeunesse ». Que va-t-il faire au 2ème tour ? Pour Jean-Christophe Cambadélis, soutien de Martine Aubry, peu importe sa décision, le vote ne peut revenir qu’à la maire de Lille :

Son Cambadélis.

Un soutien d’Arnaud Montebourg, réfractaire au camp Aubry, aimerait le voir négocier Bercy avec le camp Hollande. Verdict en fin de journée.

Ce premier tour en tous les cas n’aura pas été triomphal pour François Hollande, qui s’attendait à creuser l’écart. Et qui ne s’est rendu que très tardivement, peu avant minuit, rue de Solferino. Alors que cette visite n’était pas prévue à l’origine.

En attendant, certains n’aiment pas du tout la primaire socialiste :

Henri Guaino, qui ne cesse de marteler que la présidentielle est la rencontre d’un homme ou d’une femme avec les Français, déteste la primaire. Le conseiller spécial du président, invité de Radio France Politique hier, a toutefois reconnu du bout des lèvres la forte mobilisation des électeurs :

Son Guaino.

« Succès quantitatif » reconnaît Henri Guaino, là où Jean-François Copé s’évertue à minorer le vote en estimant que « quatre français sur 100 seulement ont voté ».

Il va falloir accorder les violons.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.