Le fait du jour, les deux finalistes de la primaire socialiste ont démarré leur campagne de deuxième tour... Et pour l’instant, qui a l’avantage ?

Martine Aubry, qui a dégainé la première hier soir en s’installant dans le 20h de TF1, alors que son adversaire, arrivé en tête dimanche, a décroché le 19/20 de France 3. Martine Aubry se rend à Guéret ce matin, afin de défier Nicolas Sarkozy en visite dans la Creuse, alors que François Hollande s’offre une modeste visite dans le XVIIIème arrondissement de Paris, avant de jaillir à son tour sur TF1 ce soir.

Chacun lorgne sur les 17% d’Arnaud Montebourg, qui répète avec délectation, ce matin dans une interview à Libération, qu’Aubry-Hollande, c’est tout pareil, la seule chose qui les distingue, c’est le tempérament. En attendant la lettre que va leur adresser le troisième homme, les regards sont tournés vers Ségolène Royal qui devrait se prononcer avant demain soir.

Martine Aubry se dit en capacité d’attirer un très grand nombre de voix, François Hollande, qui pèse 45% avec suffrages de Manuel Valls et Jean-Michel Baylet, est en quête d’au moins six points pour l’emporter dimanche. Guerre des scores, guerre des images, Aubry sera en meeting chez elle à Lille, jeudi, alors que Hollande cherche toujours une salle à Paris.

L’essentiel va donc se jouer lors de l’ultime débat télévisé demain soir sur France 2.

Ce sera le temps fort de l’entre-deux tours, ce moment où tout peut basculer. Harlem Désir a reçu hier matin les représentants des deux camps. François Hollande et Martine Aubry seront installés côte-à-côte, derrière un pupitre, face aux caméras, pas question de se retrouver les yeux dans les yeux, façon Mitterrand Chirac, et de finir en pugilat. L’interview devrait durer une heure et demie. Un certain nombre de détails reste à régler, de l’avis de l’un des responsables PS, la détestation entre les deux rivaux est telle que ce débat va être dur, très dur.

Ce pourrait être le mot de la semaine :

« Impétrants », utilisé à trois reprises par Arnaud Montebourg sur un ton professoral hier soir sur France 2 pour désigner les deux finalistes. Définition du Larousse : personne qui sollicite et obtient un diplôme, une charge, un titre. Pourquoi ce mot ironique ? « Arnaud aime la langue française »,explique l’entourage de Montebourg.

Enfin un nouveau courant sera officialisé demain à l’UMP : la droite humaniste, dont la mission sera de rééquilibrer la droite populaire. A la tête de ce nouveau groupe qui revendique une centaine de parlementaires, deux anciens UDF, les ministres Jean Leonetti – affaires européennes - et Marc Laffineur – anciens combattants… Après la droite dure, voici donc venir… la droite molle…

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.