Le fait du jour : Nicolas Sarkozy fait face à une multiplication de candidatures à droite.

L’apparition de l’ancien Premier ministre au 20h de TF1 hier soir, tel Monsieur De Fursac, souriant, dans un costume impeccable, a surpris la majorité toute entière. L’Elysée s’est refusé à tout commentaire, l’entourage présidentiel était injoignable. « J'appelle Dominique de Villepin à la raison et à l'union nationale derrière Nicolas Sarkozy », a lancé Nadine Morano, la ministre de l’apprentissage, pressentie pour être l’une des porte-paroles de la campagne de Nicolas Sarkozy.

La candidature de l’ennemi intime du président s’ajoute à celles

d’Hervé Morin, Christine Boutin, Nicolas Dupont-Aignan, et Marine Le Pen en poids lourd à la droite de la droite. Vous y ajoutez François Bayrou, positionné au centre, crédité de 13% hier dans le baromètre LH2 Yahoo, le chef de l’Etat a de quoi s’interroger.

Nicolas Sarkozy à la reconquête d’une partie de son électorat :

Discours en fin de matinée au Conseil économique, social et environnemental devant le Congrès de l'Union Nationale des Professions Libérales. 2 millions et demi d’électeurs, qui ont essentiellement voté pour lui en 2007.

François Fillon a reconnu hier en fin de matinée avoir twitté sous le pseudonyme de @fdebeaucé, en référence à sa maison dans la Sarthe, ce qui lui a permis notamment de s’abonner au compte Twitter de Rachida Dati. Le Premier ministre a félicité l’internaute qui l’a démasqué et son compte a été mystérieusement rebaptisé @Lazlo25.

François Hollande veut rester au-dessus de la mêlée :

Le candidat du PS, qui s’est mis au vert ce week-end, devrait rencontrer Arnaud Montebourg cette semaine, selon un responsable socialiste, et ce après les accusations du député de Saône et Loire de malversations qui secouent la fédération socialiste du Nord.

Rare moment de détente lors de la convention d’investiture du PS au CNIT de la Défense samedi, Martine Aubry, qui a critiqué l’égo d’Arnaud Montebourg, s’est amusée de la présence de Patrick Menucci au milieu des jeunes candidats aux législatives, Menucci qui se présente à Marseille, l’un des tombeurs du système Guérini, plus vraiment un jeune premier aux yeux de la patronne du PS, au micro de Cyril Graziani:

SON Martine Aubry.

Un peu d’humour dans ce monde de brutes.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.