François Hollande joue gros avec sa conférence de presse, cet après-midi à 17h ?

« Grand oral », « attendu au tournant », « pas le droit à l’erreur », « les titres de la presse sont explicites, et six mois après son entrée en fonction, le chef de l’Etat doit imprimer sa marque. Avec peut-être un signal encourageant, dans les sondages. Notre baromètre BVA annonce une stabilisation de sa cote de popularité. Ce n’est peut-être pas terrible, 44% de bonnes opinions. Mais ça ne baisse plus. Il se passerait donc quelque chose, un frémissement, après un démarrage compliqué. « La presse est en train de changer », constate un familier du Président, très agacé. « Les journaux nous ont matraqué il y a un mois, raconte ce proche, parce que nous avions commandé des rapports, Gallois, Jospin, et maintenant, ils trouvent ça formidable. Faudrait savoir ! Ce n’était pas pour nous défausser. Faut arrêter de nous prendre pour des cons »…

Que dit l’Elysée sur la conférence de presse de ce soir ?

Le ton est plus tranquille. Aquilino Morelle, la plume présidentielle, a veillé tard hier soir pour mettre une touche finale au discours de près d’une demi-heure que François Hollande lira avant les questions des journalistes. Pour redonner « le cap » à l’action gouvernementale, c’est le mot du moment : « C’est sa méthode, on avance. On peut être contre le pacte de compétitivité, c’est quand même quelque chose qui a un sens, qui est lestée », se défend le conseiller du président.

L’équipe élyséenne, pilotée par Pierre-René Lemas, le secrétaire général, a planché depuis samedi à coups de réunions, de visionnages d’extraits d’anciennes conférences de presse pour rédiger des fiches. « Nous allons répondre aux interrogations, aux attentes, François Hollande l’a toujours fait, ce n’est pas de l’agitation dans un bocal », ajoute Aquilino Morelle, qui réfute le procès en amateurisme et confirme que le Président assume, qu’il est désormais bel et bien en première ligne, comme l’exige sa fonction et le rythme imposé par le quinquennat.

Un mot sur la communication, ça va mieux ?

Il y a de la reprise en main dans l’air. Ça va même loin : l’Elysée a créé un hashtag spécial pour la conférence de presse de cet après-midi, pour tous ceux qui voudront tweeter, #confPR … la communication gouvernementale semble vouloir passer de l’âge de pierre à Matrix…

Enfin, ce clin d’œil, autre signal en apparence anodin: le premier prix de la gentillesse en politique, lancé par le magazine Psychologies a été décerné hier à François Hollande. C’est toujours mieux que rien…

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.