Le fait du jour. Dominique de Villepin peut-il encore rêver à un destin présidentiel ?

C’est un peu comme pour DSK, à peine revenu de son cauchemar new-yorkais, et déjà rattrapé par l’affaire Banon. Dominique de Villepin, depuis de longs mois, attend de la Cour d’appel de Paris qu’elle confirme sa relaxe dans le dossier Clearstream. La question pour lui ce matin est de savoir si le délibéré ne sera pas reporté.

Sa barque s’est alourdie : aux révélations sur ses liens avec le mystérieux intermédiaire Alexandre Djouhri s’ajoutent les mallettes de dollars de Robert Bourgi. Cela fait beaucoup pour un seul candidat supposé.

Mais veut-il réellement se présenter ? Ses principaux soutiens ont fui République Solidaire. L’un de ses plus fidèles amis confiait hier : « je ne sais pas où il va, je ne le comprends plus». Nicolas Sarkozy, qu’il a revu fin août, lui a proposé en juin la circonscription des Français d’Amérique du Nord, promise à Christine Lagarde partie au FMI. Offre déclinée : « lui, c’est président ou rien », raconte une proche. « Il n’a jamais été élu, ça ne l’intéresse pas, il n’acceptera pas un petit fauteuil donné par son ennemi, il a beaucoup trop d’orgueil pour ça».

Conclusion d’un fidèle : « la chute de Dominique de Villepin a été forte, son retour ne peut être que grandiose ». L’histoire ne dit pas encore comment.

Les idées force. Nicolas Sarkozy va-t-il se rendre en Libye demain matin ?

C’est Marianne qui l’annonce sur son site Internet, en évoquant un voyage surprise en compagnie de 80 CRS, ce qui serait une première du genre.

Démenti ce matin de l’Elysée, qui déclare qu’aucun déplacement en Libye n’a été décidé.

Jamais deux sans trois chez les sénateurs socialistes . Trois d’entre eux sont dans le collimateur de la justice. Après Robert Navarro, inquiété pour ses quarante-deux mille euros de factures de pizzas à Montpellier… après Jean-Noël Guérini, mis en examen à Marseille, notamment pour association de malfaiteurs, voici venir… Serge Andréoni. Le sénateur-maire de Berre l’Etang est convoqué par la justice aujourd’hui toujours dans l'affaire Guérini.

Question qui agite la rue de Solferino: le PS pourra-t-il se passer de ces tontons flingueurs bien encombrants pour tenter de renverser la majorité au Sénat dans une dizaine de jours ?

Enfin, Lionnel Luca pas content du tout de voir sa famille politique, la Droite populaire, prise pour cible par certains de ses camarades de l’UMP. Le député des Alpes Maritimes le dit avec ses mots.

Son Lionnel Luca.

Du viagra à des mollusques… Vous pouvez tenter l’expérience chez vous…

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.