Le fait du jour : François Fillon pourrait finalement ne pas se présenter aux municipales parisiennes de 2014.

La seule certitude aujourd’hui pour François Fillon est qu’il sera bel et bien candidat l’an prochain aux législatives à Paris, dans le 7ème arrondissement, sa circonscription dans la Sarthe étant menacée par la gauche. Mais le Premier ministre, toujours en grande forme dans les sondages, a eu le temps de dresser un état des lieux d’une droite parisienne profondément divisée. Et selon certains de ses soutiens dans la capitale, il aurait établi le scénario suivant : si Nicolas Sarkozy est réélu en 2012, François Fillon préférera briguer la direction de l’UMP ou encore le perchoir à l’Assemblée, plutôt que de prendre le risque d’être battu à Paris deux ans après, ce qui le disqualifierait pour la présidentielle suivante. En revanche, en cas d’alternance l’an prochain, victoire de la gauche, Paris serait à coup sûr perdu dans la foulée, François Fillon se contenterait de rebâtir le parti de la majorité dans la perspective de 2017. Les élus parisiens qui donnent le Premier ministre candidat en 2014 vont donc un peu vite en besogne. François Fillon, pour l’heure ne s’est toujours pas prononcé. La droite parisienne attend toujours son champion.

Les idées force : quand Jacques Delors s’en prend à la règle d’or.

L’ancien président de la Commission européenne s’exprimait hier – façon Audiard - chez nos amis de France Info et de la Chaine parlementaire, dans l’émission Questions d’Info.

son Jacques Delors

Cela aurait pu s’appeler la règle Delors…

Ce sera une sorte d’apéro politique : Marine Le Pen sera l’invitée ce soir de Parole directe, sur TF1, à 20h15. L’interview de la présidente du Front National va durer vingt minutes, jusqu’à… 20h35. Ah ! Juste au moment où commencera sur France 2, le premier débat de la primaire socialiste. Commentaire au siège du FN : c’est le hasard, c’était prévu depuis longtemps, pour une fois, il n’y aura pas de concurrence, les gens pourront regarder les deux et comparer.

Tous seront devancés par Nicolas Sarkozy, dont le voyage libyen, qu’il ne faut plus qualifier de « surprise », est programmé

1 : pour faire la une des 20h.

2 : voler – un peu- la vedette aux six candidats du PS.

Pour finir, un petit détour par le point de presse de l’Elysée hier matin, à l’affût des petites perles. La porte-parole Valérie Pécresse, à propos du coup de fil sur l’avenir de la Grèce, a évoqué un mystérieux Mr Andréou, dit Papa pour les intimes… au micro d’Anne-Laure Dagnet…

son Valérie Pécresse

Pour nos auditeurs, le vrai prénom de Papa, c’est Georges…

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.