Qui a gagné le match de la mobilisation dans la bataille Concorde-Vincennes hier ?

Match nul. L’effet foule était sensiblement équivalent pour les deux meetings. Certains au PS ont dit : 80 mille chez nous à Vincennes, 50 mille chez eux. D’autres à l’UMP ont rétorqué : il y avait plus de monde chez nous, la Concorde est plus vaste. Tous concluent : 100 mille chacun, c’est beaucoup, mais peu importe.

Il y a eu une course de vitesse. Nicolas Sarkozy qui avait prévu une prise de parole à 16h, une demi-heure après François Hollande, a fait savoir hier matin qu’il s’exprimerait finalement à 15h30 lui aussi. Le président candidat a démarré à 15h28, et le candidat du PS - de toute façon en retard - à 15h45. Résultat : le discours de 35 mn Nicolas Sarkozy est passé sur les chaines télés, AVANT celui de 45 mn de François Hollande, diffusé en différé.

Au final, deux styles : plus organisé à l’UMP, plus festif au PS. Et des images qui se faisaient écho à jeu égal dans les 20h. Ces meetings en plein air, initiés par Jean-Luc Mélenchon, auront peut-être marqué de la part des candidats et des électeurs un besoin de contact dans une campagne vécue souvent comme trop déconnectée.

Autre meeting, plus intime, celui de Marine le Pen à Hénin-Beaumont :

La candidate du FN s’est exprimée dans un gymnase, devant des « vraies gens » a-t-elle dit. Marine Le Pen a ciblé les deux favoris et leur main tendue supposée en direction de François Bayrou, au micro de Carine Bécard :

Son Marine Le Pen.

Il y avait hier un meeting virtuel, celui de Jacques Cheminade : discours sur Internet, derrière un pupitre, sur fond gris. Le candidat de Solidarité et progrès s’est adressé aux internautes, pour ne pas dire, aux astronautes :

Son Jacques Cheminade.

Et sachez que – règles du CSA oblige- le journal de campagne diffusera les dix candidats jusqu’à à raison de deux chaque matin… ce qui n’empêche pas de rester créatif…

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.