La semaine de François Hollande s’achève sous les tirs croisés de la droite.

Le débat aura été musclé hier soir sur France 2, entre le candidat du PS et Jean-François Copé, bien décidé à désarçonner un François Hollande qui a dû se défendre pied-à-pied. Extrait :

Son François Hollande et Jean-François Copé

Commentaire au téléphone hier soir après l’émission, tout d’abord d’un proche du secrétaire général de l’UMP : « Jean-François était agressif, juste ce qu’il faut dans la perspective de 2017 ». Et ensuite d’un soutien de François Hollande : « Copé était agressif, il ne pense qu’à 2017 ».

C’est dans ce contexte que François Fillon, le concurrent direct de Jean-François Copé, entre dans la danse ce matin, avec une interview titrée à la une du Figaro : « J’accuse François Hollande… de ne pas vouloir baisser les dépenses de l’Etat ». Détournement de formule historique DEJA FAIT cette semaine avec le « J’accuse fiscal » de Laurent Wauquiez.

François Fillon qui estime « qu’il se passe quelque chose dans la campagne »… « que le filon de l’antisarkozysme est épuisé ». Le Premier ministre lance au passage un appel à Jean-Louis Borloo : « plus tôt il apportera son soutien, mieux ce sera ». C’est l’un des feuilletons du moment. Borloo boude. Nicolas Sarkozy, interrogé sur la question hier par Nasser Madji, lors d’une visite à Châlons-en-Champagne, a répondu sur le mode « je reste calme » :

Son Nicolas Sarkozy

Et pendant ce temps, l’UMP tente d’enfoncer un coin à gauche.

Avec la diffusion hier d’une vidéo qui remonte à 2009, dans laquelle Jean-Luc Mélenchon raconte que François Hollande aurait triché avec lui douze ans auparavant, au congrès de Brest, pour se faire élire premier secrétaire du PS. La vidéo a circulé sur le Net. « Si c’est tout ce que l’UMP a trouvé à révéler, ça fait pas beaucoup », a commenté hier Jean-Luc Mélenchon.

Enfin l’évènement de cette fin de semaine, le dépôt avant 18h ce soir des parrainages au Conseil Constitutionnel. Après le forfait de Dominique de Villepin, les regards se tournent notamment vers Corinne Lepage, à qui il manquait hier soir quelques signatures. Il y en a d’autres.

Mais attention, déjà dix qualifiés, allez-y doucement !

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.