A cinq jours du premier tour, le scénario se fige…

Notre sondage Ipsos Logica Business Consulting le montre bien : Nicolas Sarkozy a beau faire campagne sur tous les fronts, il est toujours donné largement battu au deuxième tour par François Hollande. Rien n’y fait. Alors que le candidat du PS redoute une dispersion des voix, le président sortant veut capter les indécis, cette « majorité silencieuse » interpellée dimanche place de la Concorde. 35% des personnes sûres d’aller voter, sondées par Ipsos, déclarent pouvoir encore changer d'avis. Nicolas Sarkozy estime donc qu’une nouvelle campagne démarre dimanche soir. « Pour l’instant, ils sont neuf contre nous, il n’y a pas de visibilité », répète Franck Louvrier, son directeur de la communication, qui veut croire que tout peut basculer lors du duel du 2ème tour.

En attendant, François Bayrou refuse les mains tendues…

Ni Sarkozy, ni Hollande. Le candidat du Modem hausse le ton dans la dernière ligne droite. François Bayrou, en meeting à Lyon hier soir, s’en est pris durement à Nicolas Sarkozy, sur les déficits et la dette publique… au micro de Stéphane Leneuf :

Son François Bayrou.

Un parmi les dix, lui aussi très critique avec le chef de l’Etat, Nicolas Dupont-Aignan : le candidat de Debout la République, invité hier soir de la spéciale de Mots Croisés sur France 2, a égrené ses mesures en faveur de l’emploi :

Son Nicolas Dupont-Aignan.

Pour finir, un vote familial qui fait l’objet de toutes les attentions…

Celui du clan Chirac. Seule Bernadette s’est engagée en faveur de Nicolas Sarkozy, alors que son époux avait fait sensation en déclarant vouloir voter Hollande. Notre confrère Le Parisien classe tout le reste de la famille sur fond rose. Et révèle que Claude Chirac, la fille de l’ancien président, aurait déjeuné avec le candidat du PS et sa compagne Valérie Trierweiler. Des proches de l’ancien président, ex-collaborateurs à l’Elysée étaient même présents dimanche à Vincennes.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.