Le fait du jour : les challengers de la présidentielle veulent casser le duel Sarkozy/Hollande.

A commencer par Marine Le Pen, qui refuse d’affronter Jean-Luc Mélenchon jeudi prochain sur France 2. La candidate du FN, invitée de l’émission Des Paroles et des Actes, ne veut pas se frotter à celui qui la brocarde à longueur de meetings. Mais entend surtout boxer dans la catégorie supérieure, celle des deux grands qui font la course en tête dans les sondages. Ce pourquoi elle exige un débatteur UMP ou PS. Jean-Luc Mélenchon, le candidat du Front de Gauche, dans C à Vous hier, sur France 5, n’a pas renoncé :

SON Jean-Luc Mélenchon.

François Bayrou de son côté – et ce sera le mot de candidat du jour– dit halte à la « sarkhollandisation », dans le Parisien ce matin. Retenez cette expression du président du Modem. Ce que Marine Le Pen appelle de son côté l’UMPS.

Le duel au sommet ne s’arrête pas pour autant. Avec une réplique de François Hollande dans une longue interview accordée à Marianne en kiosques demain.

«Il choisit les valeurs parce que son bilan ne vaut rien», déclare le candidat du PS à propos du président sortant. François Hollande confie au passage qu’il n’est finalement pas favorable à l’euthanasie, à l’exception de cas très rares, pour soulager la personne et non la famille.

Nicolas Sarkozy va mener campagne à bord d’un Falcon 900 loué à Dassault.

Ou plus précisément à une filiale de l’avionneur, à savoir Dassault Falcon Service au Bourget, qui a remporté l’appel d’offre lancé par l’UMP. Nous étions les moins chers, explique un responsable de chez Dassault. L’heure de vol est tout de même facturée autour de 7 mille euros. « Le président en exercice doit pouvoir se déplacer rapidement », rappelle l’un de ses proches. Difficile pourtant de ne pas faire la comparaison avec son principal adversaire, François Hollande, qui se déplace en TGV seconde classe.

Un mot enfin du super buzz sur le Net, le détournement de « La France Forte », l’affiche de campagne de Nicolas Sarkozy, gros succès hier. Mention spéciale pour La France qui coule, avec le Concordia couché dans la mer. Ou encore la version dadaïste, La Franc Fort et deux saucisses en suspension dans le ciel. Moquerie ou publicité au final, plus rien n’échappe à la Toile.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.