Le fait du jour : la campagne de François Hollande connait-elle un trou d’air ?

Le candidat du PS semble flotter, pris en tenaille entre des Verts toujours plus exigeants, et les pressions d’une industrie nucléaire qu’il défend par ailleurs. La question s'est posée dans son premier cercle sur l'opportunité d'aller au 20h de TF1 hier soir, et c’est lui qui a tranché : il lui fallait s’expliquer et prendre de la hauteur en même temps. « Moi je suis candidat à l’élection présidentielle, je ne suis pas là pour régler les affaires de telle ou telle circonscription », s’est justifié François Hollande, qui n’a pas pour autant réussi à éteindre la polémique qui tient en trois lettres, MOX.

Parler et s’enfoncer un peu plus ou bien se taire et paraître absent, c’est désormais le dilemme pour le candidat qui cherche ses marques. « Il va trouver son rythme, la campagne ne fait que commencer, un peu de patience », promet son entourage, très agacé par la petite musique critique des médias et les railleries de la majorité.

La présentation de l’équipe de campagne a du coup été reléguée au second plan hier matin. Equipe qualifiée de « resserrée » par Pierre Moscovici...

64 membres tout de même, cela s’appelle une synthèse. « Quand on se réunit à la Maison de l’Amérique Latine, c’est normal que l’on sorte une armée mexicaine », commente ironique un élu strausskahnien, qui n’en fait pas partie. Mais François Hollande s’appuie déjà sur un noyau dur.

Pierre Moscovici a semblé quelque peu déçu au sortir de son show : pas de retransmission habituelle des chaînes d’information continue. Qui ont explosé le compteur du temps de parole du PS, toujours à cause de la primaire. Le CSA veille au grain.

Et pendant ce temps, la droite se frotte les mains.

Vous avez aimé le feuilleton Fillon-Dati à Paris, vous allez adorer la série Hidalgo-Duflot…

PS et Verts se déchirent à propos du parachutage de la secrétaire nationale d'Europe Ecologie-Les Verts dans la capitale.

Nous avons consulté un expert UMP en machine à perdre, l’ancien maire de Paris Jean Tibéri :

SON Jean Tibéri.

Hervé Morin de plus en plus candidat. Une première affiche de campagne du patron du Nouveau Centre circule sur Twitter, avec un slogan : "des idées neuves pour changer la France". Jean-François Copé promet un candidat UMP face à chaque député Nouveau Centre sortant qui ne soutiendrait pas Nicolas Sarkozy.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.