Comment l’exécutif a réagi à la manifestation anti-américaine samedi à Paris…

« Nous n’avions pas besoin de ça, maintenant, en plus du reste », a reconnu hier soir un conseiller du gouvernement, devant les images, dérangeantes, des manifestants islamistes poursuivi par des policiers jusqu’aux portes de l’Elysée… qui ont tourné en boucle sur les chaînes d’information en continu.

« La police a fait son travail, la justice va faire le sien », a prévenu François Hollande en personne, en début de soirée, avant d’ajouter : « le gouvernement ne lâchera rien, sans faire de confusion ».

Pour l’exécutif, plus question de se faire surprendre par une telle manifestation. « Sept minutes en ouverture du journal de France 2, faudrait être plus discret », s’est même désolé un proche du Premier ministre, agacé par la publicité donnée aux islamistes par les médias dans les 20h.

Quant à François Fillon, qui a demandé des explications au chef de l’Etat, « il aurait mieux fait de se taire », a estimé un proche du président. Même tonalité pour Delphine Batho, la ministre de l’écologie, invitée hier de Tous politiques sur France Inter, avec le monde et l’AFP :

Son Delphine Batho.

Ce clin d’œil pour finir, quand François Hollande retrouve une vieille connaissance en Corrèze…

La scène s’est déroulée vendredi, quand le chef de l’Etat s’est offert un aller-retour sur ses terres en avion, le jour de la conférence environnementale, pour inaugurer notamment une usine de porte en bois, sur la commune d’Eyrein. Et écouter un discours de Bernadette Chirac, qui a eu un petit problème de micro, comme l’a constaté Cyril Graziani :

Son Bernadette Chirac.

On ne s’en lasse pas…

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.