Au lendemain du premier conseil des ministres, place aux élections législatives.

Et sur les 35 membres du gouvernement, 26 ministres entrent en campagne, dont le premier d’entre eux - invité ce matin à 8H20 - Jean-Marc Ayrault, qui se présente de nouveau à Nantes-Ouest, où il est élu depuis 26 ans. Le Premier ministre parie tout de même sur une réélection confortable. La règle s’applique à tous : un échec, et le ministre concerné quitte le gouvernement. La porte-parole du gouvernement Najat Vallaud-Belkacem, ministre des droits des femmes, ne s’y est pas trompée en se retirant de la quatrième circonscription du Rhône, imprenable, trop à droite. « Elle a bien fait, ça ne servait à rien d’aller au casse-pipe. Dans deux jours, tout le monde aura oublié son geste », commentait hier un ténor de l’UMP.

Ça coince dans les négociations entre le PS, Europe Ecologie les Verts et le Front de gauche ?

Les inscriptions sont closes ce soir. Les discussions achoppent sur 6 des 29 circonscriptions où la gauche veut présenter un candidat unique, là où le FN est en mesure de l’emporter ou de se retrouver en duel avec l’UMP au 2ème tour. « Les socialistes ne sont pas très généreux avec nous », constate un conseiller du Front de gauche. Jean-Luc Mélenchon dépose ce matin, à la préfecture d’Arras, sa candidature à Hénin-Beaumont, face à Marine le Pen, qui elle, pendant ce temps, compte les points :

Son Marine Le Pen.Y aura-t-il des ministres communistes au sein du gouvernement ?

Finie la bonne vieille union de la gauche version 81. Les communistes aujourd’hui réfléchissent, et demandent à voir, à l’image de Pierre Laurent, secrétaire national du PCF, joint par Marion Lagardère :

Son Pierre Laurent.

Enfin, ce sera l’union sacrée à droite pour les législatives ?

Oui, mais jusqu’au 17 juin au soir, pas plus, précise un proche de Jean-François Copé, qui rappelle que le combat des chefs à l’UMP n’attendra pas le congrès à l’automne, et va débuter dès le lendemain des législatives, avec la conquête de la présidence du groupe à l’Assemblée nationale.

Ça ne s’arrête jamais…

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.