Le Conseil général des Hauts-de-Seine a été le théâtre d’une jacquerie UMP...

Le feu couvait depuis jeudi dernier, depuis la parution du livre intitulé « Le Monarque, son fils, son fief », signé Marie-Célie Guillaume, la directrice de cabinet de Patrick Devedjian. Un récit qui étrille Nicolas Sarkozy, son fils Jean ou encore ses amis les Balkany. Une réunion entre les maires et les députés de la droite départementale s’est tenue hier chez Patrick Ollier, avec Roger Karoutchi, secrétaire général de la Fédération UMP des Hauts-de-Seine, à la Salle municipale du prieuré de Rueil. Les élus visés dans l’ouvrage ont dit à Patrick Devedjian qu’ils s’étaient sentis agressés et trahis, que la confiance avec lui à la tête du Conseil Général était rompue, et lui ont réclamé la démission de Marie-Célie Guillaume. Patrick Devedjian, selon un témoin, a affirmé qu’il n’était pas au courant du contenu du livre de sa collaboratrice - ce qui n’a convaincu personne - et aurait annoncé qu’il allait suspendre sa directrice de cabinet, première étape vers une hypothétique séparation. La droite départementale en crise devrait former un nouveau groupe au sein du Conseil général, dont la mission sera, à terme, de tenter de pousser Patrick Devedjian vers la sortie.

Une confirmation : Marylise Lebranchu ne veut pas se présenter à la présidence de l’Assemblée nationale…

Ils s’y sont mis à trois, François Hollande, Jean-Marc Ayrault, Martine Aubry, pour convaincre la ministre de la réforme de l’Etat de briguer le perchoir. C’était chose faite, selon une rumeur très insistante hier à la mi-journée. Aussitôt démentie par Marylise Lebranchu elle-même, consciente qu’elle aurait tout à y perdre. En cas de défaite, elle ne serait plus ministre, et encore moins présidente de l’Assemblée…

En attendant, François Hollande ne veut pas de Jean Glavany au perchoir. Ce serait pour lui un affront supplémentaire fait à Ségolène Royal, selon un proche du chef de l’Etat. Jean Glavany, ami de Lionel Jospin, est soupçonné par la présidente de Poitou-Charentes, d’avoir fait campagne contre elle à la Rochelle. Le Parisien évoque ce matin les regrets de Valérie Trierweiler, après l’affaire du tweet, « j’ai commis une erreur », a confié la première dame à l’une de ses amies.

Enfin cette guerre secrète qui se déroule dans les couloirs de l’Assemblée nationale…

Le PS majoritaire veut récupérer les bureaux de l’UMP qui donnent sur la cour d’honneur. « Pas question », répond la droite qui occupe les lieux depuis un demi-siècle, rappelle Christian Jacob, président du groupe UMP, et candidat à sa propre succession, au micro de Nasser Madji :

Son Christian Jacob.

La bataille s’annonce terrible…

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.