Par Nasser Madji.

L'affaire Vanneste rebondit : l'exclusion de l'UMP, du député du Nord, est remise en cause...

L'UMP devrait finalement avoir beaucoup de difficultés à se débarrasser de Christian Vanneste après ses propos sur la déportation des homosexuels. Le patron de l'UMP Jean François Copé avait très vite annoncé l'exclusion du député de la majorité mercredi dernier, Nicolas Sarkozy y allant lui aussi de son anathème. Sauf que problème, le bureau politique de l'UMP qui se réunit ce matin n''est pas autorisé à exclure un parlementaire. C'est l'article 20 des statuts de l'UMP, seul un conseil national peut prendre des sanctions disciplinaires. Hier, toujours une dizaine de députés UMP ont pris la défense de leur collègue. "Un député doit pouvoir évoquer des événements historiques sans risquer le bannissement" ont-ils écrit dans un communiqué

Joint au téléphone hier soir, Christian Vanneste a annoncé qu'il n'irait pas au déjeuner des parlementaires UMP tout à l'heure à l'invitation de Nicolas Sarkozy. Avant de conclure : " Lui aussi, il m'a sacrifié, quand en 95 il se faisait hué dans les meetings de la droite moi au moins j'étais à ses cotés". Fin de citation.

Le chiffre du jour : 9

9 comme 9 %. C'est la pire audience en prime time pour TF1 depuis plus de 20 ans. L'émission en question a eu lieu lundi soir : « Parole de candidat » avec François Bayrou et Eva Joly. François Bayrou qui traverse une bien mauvaise passe... Crédité de 11 % dans un dernier sondage IPSOS il est maintenant franchement talonné par un Jean-Luc Mélenchon, gourmand à seulement deux petits points derrière. Son Jean-Luc Mélenchon.

__

Un grand cinéaste à l'assemblée nationale

Constantin Costa-Gavras était au parlement pour parler de son pays, la Grèce. Et ce, à l'invitation du Président du groupe socialiste Jean-Marc Ayrault. Son Constantin Costa-Gavras , au micro de Marion Lagardère.

Enfin Laurent Fabius a du écourté sa visite en Chine…

Il représentait à Pékin le candidat socialiste François Hollande mais finalement, on ne connait pas la raison précise, aucun des hauts dirigeants chinois n'a daigné rencontré l'ancien premier ministre. Du coup l'émissaire Fabius s'est rendu plus tôt que prévu à Tokyo où cette fois, nous promet–on, le premier ministre du Japon en personne le recevra.

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.