La campagne présidentielle, à un mois du premier tour, reprend sur le mode de l’affrontement.

C’est un assaut médiatique concerté qui a été lancé par l’UMP, un peu avant 17h. Juste après la cérémonie militaire de Montauban. « Nous avons attendu que cette séquence soit close, ainsi que les obsèques en Israël. La décision de répliquer a été prise au plus haut niveau », explique un membre de la direction de l’UMP, sans autre précision. Jusque là, le mot d’ordre était « silence total dans les rangs ».

La porte-parole Valérie Rosso-Debord a été la première à accuser François Hollande et Marine Le Pen « d’instrumentaliser » le drame à leur profit. Et dans une interview au Figaro ce matin, Jean-François Copé, invite le candidat du PS et ses alliés Les Verts à garder la dignité qui convient. La veille, François Hollande, que la droite accuse de jouer au président bis, avait estimé que certains mots pouvaient avoir des conséquences. Et avait demandé à « ceux qui ont une responsabilité » de « maîtriser leur vocabulaire ».

L’affrontement reprend donc de plus belle. « Je suis étonné par la violence de l’UMP, alors que sur le terrain, le siège du forcené est toujours en cours », a réagi Bruno Le Roux. Pour le porte-parole de François Hollande, le candidat président reste « dans la violence de son discours de Lyon ».

Nicolas Sarkozy, lui, reçoit son comité stratégique, à9hce matin, à son QG de campagne .

« Nous n’allions pas attendre d’être complètement débordés », explique l’un de ses proches. Allusion à Marine Le Pen, qui dès hier matin a imposé les thèmes de la sécurité, du combat contre le fondamentalisme religieux et a reparlé de référendum sur la peine de mort. « Elle nous a dépassés. Pas question de lui laisser le champ libre. Il nous faut également combattre l’angélisme de François Hollande et de François Bayrou », explique la direction de l’UMP.

L’un des dix candidats à la présidentielle a voulu prendre un peu de distance avec cette polémique : Nicolas Dupont-Aignan, candidat de Debout la République, présent lui aussi aux obsèques des militaires à Montauban, joint par Nasser Madji :

@ Dupont Aignan10’.

Cette bonne nouvelle enfin pour le Front de Gauche, trois dirigeants du NPA de Philippe Poutou signent une tribune dans Libération ce matin pour appeler à voter Mélenchon le 22 avril.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.