Le chaos à l’UMP.

Difficile d’y échapper, c’est la suite et certainement pas la fin de ce « Too close / to call » à la française. « Ils ont remis une pièce dans le jukebox », analysait hier soir un intime de Nicolas Sarkozy. « Fillon va tenir bon jusqu’à ce que Juppé accepte, et Copé ne quittera pas sa présidence. Ils vont donc faire péter l’UMP. Quant à Nicolas, il ne dira rien, il a sa galère à gérer », a conclu cet ami de l’ancien président, faisant allusion à sa convocation aujourd’hui, devant le juge dans l’affaire Bettencourt.

Les deux camps ont repris leurs affrontements après un cessez-le-feu de 24h, qui fait la une des télévisions, devant la situation au Proche-Orient !

Cet imbroglio avec deux vainqueurs qui s’appuient sur les résultats de la Cocoe, une commission de contrôle digne d’une République bananière, n’est pas sans rappeler ce qu’à connu… la Côte d’Ivoire, nous dit Jean-François Probst / un ancien du RPR / un expert en matière électorale, qui a achevé sa carrière il y a dix ans chez Jean Tibéri, à la mairie de Paris :

Son Jean-François Probst.

Et si vous avez aimé la Cocoe, vous allez adorer la commission des recours de l’UMP !

Ce devrait être l’étape suivante, en cas de litige, pour recompter les voix. Mais François Fillon ne veut pas saisir cette instance du parti, composée de représentants des deux camps.

Les Fillonistes l’accusent d’être dominée par les Copéistes, à commencer par le président de cette commission, Yannick Paternotte, le maire UMP de Sannois, un soutien de Jean-François Copé, qui attend début décembre son jugement dans une affaire d’abus de faiblesse, pour laquelle deux ans de prison avec sursis ont été requis.

Tous les regards sont tournés vers Alain Juppé, l’homme qui voulut être président, qui en a la stature, mais que ses amis ne voient qu’en Red Adair, en pompier de choc pour éteindre le feu à bord de l’UMP… Ce feuilleton n’a pas fini de nous étonner...

Mots-clés :

(ré)écouter Le journal politique Voir les autres diffusions de l'émission

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.