Par Nasser Madji.

Les députés UMP se sont réunis hier, à la salle Colbert de l’Assemblée nationale, pour évoquer la suite de la campagne électorale.

Une réunion à huis clos à laquelle participait l'état major de l'UMP et le Premier ministre François Fillon. Et on a beaucoup parlé de l’électorat Front National, avec quelques consignes à respecter : 1. On ne parle pas des législatives, on reste concentré sur le second tour. 2. Il n’y aura pas d’alliance avec le FN… On ne discute pas avec les élus du parti frontiste. 3. Aucune hostilité en direction des électeurs FN ne sera tolérée. Au contraire on les cajole. Et on évoque le plus souvent possible le vote des étrangers. Mais aussi -plus surprenant- la dépénalisation du cannabis. Une mesure certes évoquée par l’entourage de François Hollande mais rejetée par le candidat socialiste.

Pendant ce temps Nicolas Sarkozy ne manque pas une occasion de tendre la main aux électeurs FN…

"Le Front National est un parti républicain. On a le droit de parler de préférence nationale" a par exemple lancé hier Nicolas Sarkozy. Ce sont des formules qui ont marqué… Les députés de la droite populaire, le courant le plus à droite de l'UMP, apprécient mais craignent que cela arrive un peu trop tard dans la campagne. Ecoutez ce qu'en dit Lionnel Luca Son Lionnel Luca.

__

François Hollande refuse toujours un débat supplémentaire avec Nicolas Sarkozy... Et c'est maintenant Martine Aubry qui est invitée par l'UMP à croiser le fer...

Et cette fois c'est le patron de l'UMP Jean François Copé qui a lancé à la première secrétaire du PS cette invitation en forme de défi. Silence poli pour l'instant de Martine Aubry. Les socialistes ont peur de la contradiction. Nous ne les lacherons pas sur ce terrain insiste, Guillaume Peltier, porte-parole adjoint de Nicolas Sarkozy. Son Guillaume Peltier.

Enfin, Eva Joly, de retour dans la campagne.

L'ex candidate d'EELV va participer à deux meetings de François Hollande. A Limoges vendredi et à Toulouse le 3 mai… Et puis Jean Luc Mélenchon lui aussi bientôt de retour : ce sera vendredi 4 mai avec un meeting en plein air, Place Stalingrad à Paris, l'un des lieux symboliques du leader du Front de gauche.

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.