Le fait du jour : tous les regards seront rivés ce soir sur le match Hollande-Juppé sur France 2.

Et ce choc politique ne sera pas sans rappeler, en mode subliminal, un face-à-face mythique. Nous sommes le 24 Avril 1988, entre les deux tours de la présidentielle, au studio 101 de la Maison de la Radio. Un président sortant affronte son Premier ministre de cohabitation.

Son Chirac/Mitterrand. __

La différence : François Hollande, qui se réclame de la filiation de François Mitterrand, rêve d’être élu président. Alain Juppé, le préféré de Jacques Chirac, n’est plus Premier ministre et aurait pu être candidat.

Un sondage CSA donne ce matin un deuxième tour à 60/40 pour François Hollande face à Nicolas Sarkozy, qui va devoir abattre ses cartes dimanche à la télévision.

Marine Le Pen n’a pas encore ses 500 signatures…

La présidente du Front National dénonçait hier matin dans ce studio des pressions exercées sur les élus. Manuel Caillaux de France Bleu Limousin a rencontré René Peyron, maire du Jardin, près d’Egletons en Corrèze, qui ne renouvellera pas son parrainage, non pas en raison de pressions, mais pour une simple question d’image du FN :

Son René Peyron.

Hervé Morin s’est-il déjà rallié à Nicolas Sarkozy ?

L’UMP n’a pas investi de candidat dans la 3ème circonscription de l'Eure, détenue par le président du Nouveau Centre, dont la campagne s’est ensablée. Mieux encore : la majorité ménage d’autres centristes, comme le confirme le député UMP de Paris, Claude Goasguen, avec Carine Bécard :

Son Claude Goasguen.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.