Avec un thème qui aura occupé tous les esprits ce week-end : à chacun sa sécurité.

Nicolas Sarkozy a accusé François Hollande de ne pas avoir voté les dernières lois anti-terroristes. Le candidat du PS, de passage à Ajaccio, lui a opposé le record d’homicides en Corse, une centaine depuis le début du quinquennat. Et l’un de ses porte-paroles Bruno Le Roux a expliqué que c’était grâce à l’une des lois que Nicolas Sarkozy n’a pas votée après le 11 septembre 2001, sous Lionel Jospin, que Mohamed Merah a pu être retrouvé.

Marine Le Pen, mais aussi François Bayrou, ont eux aussi versé dans la sécurité. Un thème devenu sensible après les drames de Toulouse et Montauban. Difficile de dire s’il renforcera Nicolas Sarkozy, qui se voit reprocher son bilan en la matière, et pas seulement par la gauche.

A l’image de Nicolas Dupont-Aignan. Le candidat de Debout la République, invité hier de Radio France Politique, était interrogé sur les propositions du président candidat pour lutter contre le terrorisme islamiste :

Son Nicolas Dupont-Aignan.

Il reste quatre semaines avant le premier tour. Et le ton s’est encore durci entre les deux favoris…

… après que Nicolas Sarkozy a traité son rival de « nul », propos rapporté par le Monde magazine, réfuté par l’entourage présidentiel. « Ça se rapporte toujours à celui qui l’emploie », a rétorqué François Hollande. Le candidat du PS arpentait hier la place… Saint-Nicolas à Bastia, et s’est laissé allé à quelques réflexions au micro de Cyril Graziani :

Son François Hollande.

François Hollande qui aurait reçu le soutien de certains chiraquiens, qui l’ont appelé, pour lui dire qu’ils n’étaient pas d’accord avec la sortie de Bernadette Chirac, qui a déclaré vendredi que le président du Conseil général de Corrèze n’avait pas le gabarit d’un président. Toujours aimable…

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.